Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

Virus Ebola et Budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Crise politico-sportive : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Foot européen : carton plein pour les cadors, à l'exception de la Juve

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • De nouveaux heurts à Hong Kong font 20 blessés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Vidéo : l'organisation de l'EI dispose-t-elle d'avions de chasse ?

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

  • Nouvelle attaque meurtrière des rebelles ougandais dans un village du Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants réinvestissent un campement

    En savoir plus

  • Étudiants disparus au Mexique : le chef d'un cartel arrêté

    En savoir plus

Moyen-orient

La justice ordonne la remise en liberté sous caution du cinéaste Jafar Panahi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/05/2010

À la suite du versement d'une caution, la justice a ordonné la libération du réalisateur, qui avait été choisi pour faire parti du jury du dernier Festival de Cannes. Jafar Panahi avait été arrêté le 1er mars.

AFP - La justice iranienne a ordonné la libération sous caution du cinéaste iranien Jafar Panahi, en détention depuis le 1er mars, a déclaré lundi le procureur général de Téhéran, Abbas Jafari Dolatabadi.

"Lors d'une rencontre avec ce dernier jeudi à la prison d'Evine, sa demande de libération avant le procès a été examinée et acceptée", a déclaré M. Jafari Dolatabadi, cité par l'agence de presse Isna.

"Il a été décidé qu'il serait libéré après paiement d'une caution. Actuellement les démarches judiciaires et administratives sont en cours" en vue de sa remise en liberté, a-t-il ajouté.

"Dans le même temps, le dossier d'accusation de ce dernier (...) sera envoyé au tribunal révolutionnaire de Téhéran pour examen", a souligné le procureur.

Agé de 49 ans, Jafar Panahi, qui soutient ouvertement l'opposition au président Mahmoud Ahmadinejad, avait été arrêté le 1er mars à son domicile de Téhéran avec seize autres personnes.

Cette arrestation a soulevé une vague d'indignation internationale et de nombreux appels ont été lancés pour sa libération, notamment ces derniers jours, à l'occasion du Festival de Cannes où le cinéaste devait siéger parmi les membres du jury.

Jafar Panahi avait été arrêté pour des motifs qui n'ont jamais été officiellement expliqués.

Début mars, M. Jafari Dolatabadi avait affirmé que le cinéaste n'avait pas été arrêté "parce que c'est un artiste ou pour des raisons politiques".

"Il l'a été sur ordre d'un juge parce qu'il avait commis un délit", avait-il ajouté, sans préciser la nature de ce "délit".

Deux sites internet avaient rapporté de leur côté que M. Panahi avait été interpellé parce qu'il préparait un film sur les manifestations ayant suivi la réélection contestée de M. Ahmadinejad en juin 2009.

Le cinéaste avait entamé une grève de la faim il y a une dizaine de jours pour obtenir sa libération, alors que de nombreuses personnalités du 7e art ont réclamé sa remise en liberté.

Début mai, une pétition avait été lancée aux Etats-Unis, rassemblant les signatures de grands noms comme Steven Spielberg, Martin Scorsese, Robert de Niro ou encore Francis Ford Coppola.

Son nom est maintes fois revenu à Cannes lors de la quinzaine.

Lors de la cérémonie d'ouverture, le fauteuil qu'il aurait dû occuper était resté symboliquement vide sur l'estrade de l'auditorium du Palais des festivals.

Dimanche, l'actrice française Juliette Binoche a brandi un écriteau avec le nom du cinéaste lorsqu'elle est venue chercher le prix d'interprétation féminine.

La France, par la voix du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner et de celui de la Culture Frédéric Mitterrand, avait appelé le 12 mai à la "libération immédiate" de Jafar Panahi.

En Iran également, 85 réalisateurs ont demandé samedi la remise en liberté du cinéaste.

Panahi est l'un des cinéastes de la "nouvelle vague" iranienne les plus connus à l'étranger. Il a notamment reçu le Lion d'or à la Mostra de Venise en 2000 pour "Le cercle" et l'Ours d'argent à la Berlinale en 2006 pour "Hors-jeu". Il a été primé deux fois à Cannes ("Le ballon blanc", Prix de la Caméra d'or 1995 et l'"Or pourpre", Prix du Jury-Un Certain Regard en 2000).

Première publication : 24/05/2010

  • CINÉMA IRANIEN

    Paris réclame la libération de Jafar Panahi pour qu'il puisse se rendre à Cannes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)