Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

Moyen-orient

Le ministre des Affaires étrangères pourrait être poursuivi pour abus de confiance

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/05/2010

La police israélienne recommande, ce lundi, d'inculper Avigdor Lieberman dans le cadre d'une enquête liée à une affaire de corruption. L'ex-ambassadeur d'Israël au Bélarus est également dans le collimateur des enquêteurs.

AFP - La police israélienne a recommandé lundi d'inculper le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, et un haut diplomate, dans le cadre d'une enquête liée à une affaire de corruption concernant M. Lieberman, a-t-elle indiqué.
  
L'enquête concerne la remise présumée au chef de la diplomatie par l'ancien ambassadeur d'Israël au Bélarus, Zeev Ben Arieh, de documents confidentiels liés à une affaire dans laquelle M. Lieberman est accusé de corruption, blanchiment d'argent et d'obstruction à la justice.
  
"La police a décidé de recommander (à la justice) l'inculpation de M. Ben Arieh pour transfert de documents secrets à M. Lieberman," a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld.
  
"Nous avons également recommandé l'inculpation de M. Lieberman pour abus de confiance dans le cadre de ses fonctions", a-t-il ajouté.
  
Le procureur général d'Israël doit encore décider de suivre ou non les recommandations de la police, une démarche qui peut prendre plusieurs mois.
  
Selon la police, M. Ben Areah a remis à M. Lieberman lors de sa visite à Minsk en octobre 2008, une requête du ministère israélien de la Justice auprès du gouvernement bélarusse pour vérifier des comptes bancaires dans ce pays et interroger diverses personnalités.
  
Après avoir accédé en 2009 au poste de ministre des Affaires étrangères, M. Lieberman avait nommé M. Ben Arieh conseiller politique à ce même ministère.
  
La police avait recommandé en août l'inculpation de M. Lieberman, chef du parti ultranationaliste Israel Beiteinou, pour corruption, blanchiment d'argent et obstruction à la justice, dans le cadre d'une enquête sur le versement occulte de 2,5 millions de dollars via des sociétés écran et comptes bancaires pour financer ses campagnes électorales.
  
M. Lieberman, qui a été l'objet de plusieurs enquêtes depuis 1996, a nié toute malversation, affirmant que ces enquêtes étaient politiquement motivées.

Première publication : 24/05/2010

COMMENTAIRE(S)