Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

Amériques

"Dudus", un baron de la drogue dans un costume de Robin des bois

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/05/2010

Le narcotrafiquant jamaïcain Christopher "Dudus" Coke est considéré par les États-Unis comme l'un des plus "dangereux criminels au monde". Mais en Jamaïque, il bénéficie d'une image de bienfaiteur du peuple.

La justice américaine le veut à tout prix. Christopher "Dudus" Coke est sur leur liste des "criminels les plus dangereux au monde". Après des mois de pression, le gouvernement jamaïcain a décidé, le 17 mai, d’accepter la demande d’extradition vers les Etats-Unis de ce baron de la drogue.
 
Une décision qui a plongé Kingston, la capitale du pays, dans le chaos. Ce fils des bidonvilles est, en effet, considéré par un grand nombre de Jamaïcains comme l’un des plus grands bienfaiteurs de la population. Une sorte de Robin des bois de la poudre blanche ?
 
Pour les Etats-Unis la question ne se pose pas. Cet homme de 40 ans est pour eux à la tête de l’une des principales dynasties mondiales de la drogue. Christopher "Dudus" Coke est le fils de Lester Coke qui a contribué à développer le gang jamaïcain "Shower Posse" ("Le gang des arroseurs"). Connu pour cribler leurs victimes de balles – d’où leur surnom –, ce gang est devenu l’un des plus puissants fournisseurs de cocaïne et de crack des dealers aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada, selon un rapport des services de renseignement américains. On impute au "Shower Posse" plus de 1000 morts, aussi bien en Jamaïque qu'aux États-Unis.


Le père devait être extradé aux Etats-Unis qui l’accusaient d’avoir installé des "filiales" de son organisation dans les principales villes américaines. Mais il est décédé en prison avant son transfert. Les Américains veulent maintenant juger le fils pour avoir développé le business de son père et arrosé les rues américaines de drogue. Chirstoper "Dudus" Coke contrôlerait, à lui seul, 40% du marché de la drogue aux Etats-Unis, selon un article du "New York Times" de 1988.

"Après Dieu, Dudus"

La volonté de la justice américaine de mettre le grappin sur ce trafiquant ne date donc pas d’hier. Mais jusqu’à présent, le gouvernement jamaïcain traînait des pieds. Le Premier ministre jamaïcain, Bruce Golding, est soupçonné d’entretenir des liens étroits avec le criminel.

Mais le pouvoir sait aussi à quel point la population jamaïcaine soutient "Dudus". Dans les rues de Kingston, et notamment dans les quartiers les plus pauvres, il n’est pas rare de croiser des tags à sa gloire. "Après Dieu, Dudus", ou encore "Jésus s’est sacrifié pour nous, nous nous sacrifierons pour Dudus" sont les plus courants, selon "The Jamaica Observer".

Comme d’autres barons de la drogue, Christopher Coke a su se faire apprécier en dépensant sans compter pour les populations les plus pauvres. Mais il a poussé ce volet social bien plus loin que d’autres, mettant en place la plupart des infrastructures que le pouvoir négligeait. De l’école à la santé en passant par le divertissement, il est omniprésent. A tel point que la population locale le surnomme le "président". A ses yeux, l’exigence américaine passerait donc presque pour un coup d’Etat.

Première publication : 25/05/2010

COMMENTAIRE(S)