Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar, l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 05/11/2010

Le discours du trône

C’est un rituel solennel, l’un des événements majeurs de la vie politique au Royaume-Uni : la Reine Élisabeth II prononce ce mardi 25 mai, le discours du trône devant les deux chambres du Parlement. Une allocution qui révélera le programme du gouvernement pour la prochaine législature.

Vingt jours après les élections législatives du 6 mai, le traditionnel discours du trône marque l’ouverture de la session parlementaire. Un événement mêlant folklore et austérité. Folklore, car ce discours est entouré d’un rituel très précis. Austérité, car les médias qui s’en sont procuré le texte, ont identifié l’austérité budgétaire comme ligne directrice.

Chaque fin d’année, ou après les élections législatives, le discours du trône expose l’agenda du Parlement et les projets de lois qui y seront discutés. Bien que le souverain prononce l’allocution, il n’en est pas l’auteur. Traditionnellement, ce sont le Premier ministre et son cabinet qui s’en chargent. Cette année, il a été écrit en concertation avec le vice-premier ministre, Nick Clegg.


Si le contenu du discours est fondamental, le rituel qui l’entoure est assez surprenant. La tradition n’a pas été dépoussiérée depuis le XVIème siècle. C’est donc en carrosse et flanquée de la cavalerie royale que la souveraine se rend du Palais de Buckingham jusqu’à Westminster. Pour l’occasion, Elisabeth II doit être vêtue du traditionnel manteau d’hermine, porter les bijoux d’apparat et ceindre sa tête d’une lourde couronne.


Arrivée à destination, la souveraine subit les outrages d’un parlement indépendant. La tradition veut que la chambre basse, les Communes, rechigne à lui obéir. Ils claquent donc la porte au nez du Black Rod, le fonctionnaire du Parlement venant les convoquer, qui doit alors frapper et faire une demande officielle. Les parlementaires le suivent ensuite jusqu’à la chambre des Lords. Du fond de la salle, ils assistent au “très gracieux discours” que sa majesté prononce, assise sur un trône.


Le contenu du discours est ensuite discuté au Parlement pendant cinq jours, selon un agenda précis. Seule la Chambre des Communes émet un vote sur le texte. S’il est accepté, le travail des parlementaires pourra alors vraiment commencé.
 

 

Invités :

  • Fabrice BENSIMON, professeur à l’Université Paris IV, spécialiste de la politique britannique
  • Bénédicte PAVIOT, correspondante de France 24 en Grande-Bretagne, par téléphone de Londres (Grande-Bretagne)

Émission préparée par Kate Williams, Marie Billon et Patrick Lovett

Par Marie Billon

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/04/2018 FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

Où est la crise Catalane ? Cela fait quatre mois que les élections ont eu lieu et depuis, c'est le statut quo au Parlement, tandis que les leaders indépendantistes sont toujours...

En savoir plus

24/04/2018 Israël

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

Environ 40 000 migrants africains vivent en Israël. Arrivés il y a plusieurs années, beaucoup travaillent et parlent hébreu. Mais le gouvernement de Benjamin Netanyahou veut...

En savoir plus

23/04/2018 Drogues

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

Comme d'autres pays d'Afrique subsaharienne, le Cameroun est confronté à une hausse inquiétante de la consommation de Tramadol. Cet opioïde de synthèse, contenu dans certains...

En savoir plus

20/04/2018 Pakistan

Pakistan : un printemps pachtoune ?

Environ 30 millions de Pachtounes vivent au Pakistan, soit 15% de la population. Pris en étau entre les terroristes et l’armée pakistanaise, ils sont très souvent discriminés....

En savoir plus

19/04/2018 Liban

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

Au Liban, la gestion des déchets empoisonne la vie des Libanais depuis plusieurs années. En particulier à Beyrouth et sur le littoral, où les poubelles s'amoncellent, provoquant...

En savoir plus