Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Moyen-orient

Obama évoque la menace d'un transfert d'armes au Liban devant Hariri

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2010

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a entamé lundi une visite de cinq jours aux États-Unis. En sa présence, Barack Obama a évoqué la "menace" que représenterait un transfert d'armes de la Syrie au Liban, ce dont Israël a accusé Damas en avril.

AFP - Le président des Etats-Unis, Barack Obama, a évoqué lundi la "menace" que représenterait un transfert d'armes au Liban en violation des résolutions de l'ONU, devant le Premier ministre libanais Saad Hariri en visite à Washington.

Le président Obama "a insisté sur (...) la menace représentée par un transfert d'armes au Liban en violation de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU" qui avait mis fin à la guerre de l'été 2006 au Liban entre Israël et le mouvement chiite Hezbollah, a précisé la présidence américaine dans un communiqué.

Début avril, le président israélien Shimon Peres a accusé Damas de fournir des missiles Scud au Hezbollah qui, selon l'Etat juif, possède plus de 40.000 roquettes dont certaines capables d'atteindre les grandes villes d'Israël.

Washington a ensuite accusé l'Iran et la Syrie de fournir au Hezbollah roquettes et missiles "aux capacités de plus en plus importantes".

Damas a démenti ces accusations, tandis que le Hezbollah, mouvement armé qui contrôle le sud du Liban, a refusé de les confirmer ou de les démentir.

Lors de la même rencontre, selon la Maison Blanche, M. Obama a également parlé avec M. Hariri du processus de paix israélo-arabe et du nucléaire iranien, en particulier de "l'importance de nos efforts pour nous assurer que l'Iran tient ses engagements en terme de non-prolifération nucléaire".

Le Liban préside actuellement le Conseil de sécurité de l'ONU, au moment où cette entité examine de nouvelles sanctions contre la République islamique pour son programme nucléaire soupçonné d'être à vocation militaire, ce que Téhéran dément.

M. Hariri a entamé lundi une visite de cinq jours aux Etats-Unis et s'est rendu en matinée au département d'Etat.

Il s'agit de la première visite du responsable libanais à Washington depuis l'entrée en fonctions, en novembre, de son gouvernement d'union nationale comptant des membres du Hezbollah dans ses rangs.

"Nous avons discuté de l'état actuel du processus de paix au Proche-Orient, dossier qui a dominé nos entretiens", a expliqué M. Hariri dans un communiqué en anglais diffusé par ses services après la rencontre avec M. Obama, un texte qui ne faisait pas mention directe du dossier des armes du Hezbollah, sinon en rappelant l'engagement du Liban à appliquer la résolution 1701.

"J'ai exprimé ma conviction profonde qu'un Liban stable et prospère dépend en fin de compte d'une solution de paix juste dans la région", a souligné M. Hariri, en saluant l'activisme "évident" du président Obama dans ce dossier.

Affirmant que "les Arabes sont prêts" à une paix avec Israël, M. Hariri a indiqué que "le temps est venu d'une paix régionale qui permet aux Palestiniens de revenir dans un Etat qui soit le leur, avec sa capitale à Jérusalem".

"Oui, nous pouvons y arriver", a-t-il ajouté, en clin d'oeil au slogan de campagne "Yes, we can" (oui, nous le pouvons) de M. Obama.

La visite de M. Hariri intervient au moment où subsistent des craintes de conflit entre Israël et le Hezbollah libanais, quatre ans après la guerre entre l'Etat hébreu et le mouvement chiite.

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a toutefois fait état dimanche d'un certain apaisement entre Israël et ses voisins après des entretiens à Damas et Beyrouth.

M. Obama n'a pas ménagé ces derniers mois son soutien à M. Hariri. Le président américain a en particulier demandé que justice soit faite aux auteurs de l'assassinat de son père, Rafic, tué dans un attentat en février 2005.
 

Première publication : 25/05/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)