Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Moyen-orient

Au pays où la spéculation est interdite, l'économie se porte bien

©

Vidéo par Maya Siblini

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 25/05/2010

Malgré son instabilité politique et une importante dette publique, le Liban échappe à la crise économique. Explications de Riad Salamé, gouverneur de la Banque centrale du Liban.

Riad Salamé est, depuis 1993, gouverneur de la Banque centrale du Liban (BCL). Un poste stratégique dans un pays qui peine à trouver une stabilité politique et sécuritaire depuis l’assassinat du Premier ministre Rafic Hariri, en 2005. Pourtant, ni la crise des subprimes qui a éclaté en 2006, ni les déboires des économies européennes en 2010 n'ont ébranlé le pays du Cèdre. Selon les observateurs, l’action de Riad Salamé y est pour beaucoup.

Élu meilleur gouverneur de banque centrale en 2006 par le magazine Euromoney et en 2009 par The Banker Magazine, il jouit d'une renommée internationale. De passage à Paris, il explique à France 24 comment le système bancaire de son pays a échappé à la crise financière internationale alors que le Liban ploie sous une dette publique de 50 milliards de dollars (40,7 milliards d’euros), soit 150 % de son PIB. Une situation qui n’est pas sans rappeler celle de la Grèce, dont la dette s'élève à quelque 113 % de son  PIB...

 
La croissance au rendez-vous
 
Malgré cette situation, Riad Salamé aime à rappeler que le système financier libanais jouit de la confiance des marchés. "Le système libanais a fait ses preuves malgré un environnement très difficile. La livre libanaise est restée stable et la dette libanaise a
"Les banques libanaises sont saines"
vu ses taux d’intérêts baisser", explique-t-il. Il se targue qu’aucun déposant n'ait perdu son argent à Beyrouth depuis sa nomination et rejette toute comparaison avec la situation de la Grèce. "Le Liban enregistre une croissance importante, la meilleure dans le monde arabe, contrairement aux Grecs, qui sont en récession", précise-t-il. Selon lui, la croissance au Liban devrait atteindre 7 % à 8 % en 2010.
 
En 2004, il bannit les subprimes
 
Selon lui, le pays du Cèdre s’est préservé des retombées de la crise financière mondiale grâce aux mesures qui ont été prise par la Banque centrale du pays. "Le Liban a pu maintenir la confiance grâce à un modèle bancaire qui a beaucoup de liquidités et où les banques commerciales ne peuvent pas faire de spéculation. Dès 2004, nous leur avions interdit d’investir dans les subprimes. Par ailleurs, tous les produits structurés doivent être approuvés par la Banque centrale", explique-t-il.  
 
Paradoxalement, la crise a même profité à l’économie libanaise. "Quand la crise est apparue, il y a eu un flux de capitaux vers les banques libanaises parce que les marchés ont jugé qu’il s’agissait de banques saines qui n’avaient pas de problème en termes de produits toxiques", poursuit Riad Salamé.
"Les capitaux étrangers continuent d'affluer"
 
Les dollars de la diaspora
 
Et selon lui, les capitaux étrangers continuent d’affluer au Liban, notamment ceux des Libanais qui rapatrient leur argent pour échapper à la crise. "Et ce, après l’avoir placé à l’étranger par crainte de la situation au Liban", affirme le gouverneur de la BCL. La diaspora libanaise joue également un rôle essentiel dans l’économie libanaise en envoyant une partie de ses revenus à la famille. "Ces transferts sont évalués à peu près à 7 milliards de dollars par an (5,7 milliards d’euros), ce qui représente, par tête d’habitant, le niveau le plus élevé du monde", conclut Riad Salamé.
 

Première publication : 25/05/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)