Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Pour Benjamin Netanyahou, la paix est soumise à deux "conditions essentielles"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/05/2010

Dans un entretien accordé au Figaro, le Premier ministre israélien pose deux "conditions essentielles" à une paix israélo-palestinienne : la reconnaissance d'Israël comme État juif et la démilitarisation du futur État palestinien.

AFP - La reconnaissance d'Israël comme Etat juif et la démilitarisation d'un futur Etat palestinien sont "les deux éléments critiques" pour parvenir à la paix, affirme le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans un entretien au quotidien Le Figaro à paraître jeudi.

"Il y a deux éléments critiques pour parvenir à la paix, et pour persuader les Israéliens de faire des concessions significatives pour l’obtenir", indique le Premier ministre qui sera jeudi à Paris à l'occasion de l'adhésion d'Israël à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

"Le premier est qu’un partenaire palestinien accepte la reconnaissance de l’État juif (...) Ce qui signifie la fin des revendications ultérieures et que la question des réfugiés palestiniens soit résolue en dehors des frontières d’Israël", souligne-t-il.

"Le second est que cet État palestinien soit démilitarisé", ajoute-t-il.

Interrogé sur la place qu'il souhaite laisser dans l'histoire d'Israël, M. Netanyahu répond que "le Premier ministre d’Israël a pour mission première d’assurer la survie de l’État juif, parce que l’histoire ne donnera pas une seconde chance aux Juifs. Sa seconde responsabilité est d’arriver à une paix réaliste (...) et cela doit se traduire par de robustes garanties de sécurité".

M. Netanyahu se réjouit par ailleurs de l'entrée d'Israël dans l'OCDE, qui sera selon lui bénéfique à toute la région.

"L’un des défis actuels est aussi de développer la situation économique des Palestiniens et de nos voisins. La coopération entre Israël, les Palestiniens, la Jordanie et l’Égypte - et, qui sait, peut-être un jour la Syrie et le Liban - pourrait contribuer à l’amélioration de la condition de tous. Cela ne se substitue pas à la paix politique, mais cela pourrait grandement l’aider", juge-t-il.

Première publication : 27/05/2010

  • PROCHE-ORIENT

    En Égypte, Netanyahou tente de relancer le processus de paix

    En savoir plus

  • ISRAËL

    La "fête de l'indépendance" marque le 62e anniversaire de l'État d'Israël

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Les médias déplorent l'échec de la visite de Netanyahou à Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)