Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Hillary Clinton en visite à Séoul en pleine crise entre les deux Corées

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/05/2010

La dernière étape de la tournée asiatique d'Hillary Clinton l'a menée ce mercredi à Séoul dans un contexte tendu. La Corée du Nord a rompu mardi ses relations avec la Corée du Sud qu'elle menace d'une "guerre totale" en cas de nouvelles sanctions.

AFP - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton est venue mercredi réaffirmer son soutien à la Corée du Sud qui entend sanctionner la Corée du Nord alors que Pyongyang qui a décidé de rompre ses relations bilatérales a proféré de nouvelles menaces.


Mme Clinton, qui a assuré Séoul du "ferme engagement" des Etats-Unis pour la sécurité de son allié sud-coréen, a appelé le régime reclus de Pyongyang à cesser ses "provocations et sa politique de menaces".

Elle a également affirmé que la communauté internationale devait "répliquer" au naufrage de la corvette sud-coréenne Cheonan fin mars, pour lequel le Nord est tenu responsable.

"Nous appelons la Corée du Nord à cesser ses provocations et sa politique de menaces et de conflit avec ses voisins", a déclaré Mme Clinton à l'issue d'une rencontre avec le président Lee Myung-Bak.

Le naufrage de la corvette appelle "une réponse ferme mais mesurée", a-t-elle ajouté, saluant le "discours fort" du président Lee lundi dans lequel il a annoncé des sanctions contre le Nord communiste.

Pour ajouter à une tension déjà vive, la Corée du Nord a menacé mercredi de bloquer l'accès à un complexe industriel transfrontalier si Séoul reprend la diffusion de sa propagande interrompue il y a six ans, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Le Nord a également menacé de tirer sur les hauts-parleurs installés côté sud-coréen et qui diffusent des messages dirigés contre le Nord. Le Sud a déjà repris la diffusion radiophonique en FM de ces messages.

Dans la journée, le ministère sud-coréen de l'Unification a annoncé que huit représentants gouvernementaux sud-coréens présents sur le complexe avaient été expulsés.

Dans le même temps, Pyongyang a également annoncé avoir coupé toutes les communications clé avec le Sud.

Cette nouvelle crise entre les deux frères ennemis, séparés depuis la fin de la guerre de Corée (1950-53), a été déclenchée par la publication la semaine dernière des résultats d'une enquête internationale établissant que la corvette Cheonan a été coulée le 26 mars par une torpille nord-coréenne.

Mme Clinton, repartie mercredi pour les Etats-Unis, arrivait de Pékin où la Chine a fait des concessions de pure forme en soulignant être "prête à travailler avec les Etats-Unis et d'autres parties" en vue d'apaiser les tensions.

Le ministre sud-coréen des Affaires étrangères Yu Myung-Hwan a estimé mercredi que les faits, établis par l'enquête internationale et qui "seront soumis au Conseil de sécurité de l'ONU", devraient convaincre la Chine.

"Cela prendra peut-être du temps, mais je pense que la Chine et la Russie ne pourront nier les faits", a-t-il déclaré.

La Corée du Sud a promis lundi de "faire payer" à Pyongyang "le prix" du naufrage, en demandant de nouvelles sanctions à l'ONU et en suspendant les échanges commerciaux avec son voisin. Mercredi, Séoul a répété son intention de "punir" son voisin.

"La Corée du Nord aurait dû s'excuser pour l'attaque contre le Cheonan et sanctionner les responsables mais, de nouveau, elle brandit des menaces qui minent davantage les relations intercoréennes", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Unification Chun Hae-Sung. "Le gouvernement répondra par la fermeté aux menaces nord-coréennes et mettra en oeuvre les mesures (de rétorsion) annoncées le 24 mai".

Le président Lee a annoncé lundi la suspension de tous les échanges commerciaux avec le Nord et la fermeture aux navires marchands nord-coréens des couloirs de navigation du Sud.

Le Nord, qui nie toute implication dans le naufrage, a annoncé mardi avoir décidé de rompre ses relations avec la Corée du Sud qu'elle a menacée d'une "guerre totale" en cas de nouvelles sanctions.

Première publication : 26/05/2010

  • CRISE CORÉENNE

    Selon des réfugiés nords-coréens, Pyongyang met son armée sur le pied de guerre

    En savoir plus

  • ONU

    Ban Ki-moon invite le Conseil de sécurité à se saisir du différend coréen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)