Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, le capitaine mis en cause

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

Asie - pacifique

Hillary Clinton en visite à Séoul en pleine crise entre les deux Corées

©

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/05/2010

La dernière étape de la tournée asiatique d'Hillary Clinton l'a menée ce mercredi à Séoul dans un contexte tendu. La Corée du Nord a rompu mardi ses relations avec la Corée du Sud qu'elle menace d'une "guerre totale" en cas de nouvelles sanctions.

AFP - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton est venue mercredi réaffirmer son soutien à la Corée du Sud qui entend sanctionner la Corée du Nord alors que Pyongyang qui a décidé de rompre ses relations bilatérales a proféré de nouvelles menaces.


Mme Clinton, qui a assuré Séoul du "ferme engagement" des Etats-Unis pour la sécurité de son allié sud-coréen, a appelé le régime reclus de Pyongyang à cesser ses "provocations et sa politique de menaces".

Elle a également affirmé que la communauté internationale devait "répliquer" au naufrage de la corvette sud-coréenne Cheonan fin mars, pour lequel le Nord est tenu responsable.

"Nous appelons la Corée du Nord à cesser ses provocations et sa politique de menaces et de conflit avec ses voisins", a déclaré Mme Clinton à l'issue d'une rencontre avec le président Lee Myung-Bak.

Le naufrage de la corvette appelle "une réponse ferme mais mesurée", a-t-elle ajouté, saluant le "discours fort" du président Lee lundi dans lequel il a annoncé des sanctions contre le Nord communiste.

Pour ajouter à une tension déjà vive, la Corée du Nord a menacé mercredi de bloquer l'accès à un complexe industriel transfrontalier si Séoul reprend la diffusion de sa propagande interrompue il y a six ans, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Le Nord a également menacé de tirer sur les hauts-parleurs installés côté sud-coréen et qui diffusent des messages dirigés contre le Nord. Le Sud a déjà repris la diffusion radiophonique en FM de ces messages.

Dans la journée, le ministère sud-coréen de l'Unification a annoncé que huit représentants gouvernementaux sud-coréens présents sur le complexe avaient été expulsés.

Dans le même temps, Pyongyang a également annoncé avoir coupé toutes les communications clé avec le Sud.

Cette nouvelle crise entre les deux frères ennemis, séparés depuis la fin de la guerre de Corée (1950-53), a été déclenchée par la publication la semaine dernière des résultats d'une enquête internationale établissant que la corvette Cheonan a été coulée le 26 mars par une torpille nord-coréenne.

Mme Clinton, repartie mercredi pour les Etats-Unis, arrivait de Pékin où la Chine a fait des concessions de pure forme en soulignant être "prête à travailler avec les Etats-Unis et d'autres parties" en vue d'apaiser les tensions.

Le ministre sud-coréen des Affaires étrangères Yu Myung-Hwan a estimé mercredi que les faits, établis par l'enquête internationale et qui "seront soumis au Conseil de sécurité de l'ONU", devraient convaincre la Chine.

"Cela prendra peut-être du temps, mais je pense que la Chine et la Russie ne pourront nier les faits", a-t-il déclaré.

La Corée du Sud a promis lundi de "faire payer" à Pyongyang "le prix" du naufrage, en demandant de nouvelles sanctions à l'ONU et en suspendant les échanges commerciaux avec son voisin. Mercredi, Séoul a répété son intention de "punir" son voisin.

"La Corée du Nord aurait dû s'excuser pour l'attaque contre le Cheonan et sanctionner les responsables mais, de nouveau, elle brandit des menaces qui minent davantage les relations intercoréennes", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Unification Chun Hae-Sung. "Le gouvernement répondra par la fermeté aux menaces nord-coréennes et mettra en oeuvre les mesures (de rétorsion) annoncées le 24 mai".

Le président Lee a annoncé lundi la suspension de tous les échanges commerciaux avec le Nord et la fermeture aux navires marchands nord-coréens des couloirs de navigation du Sud.

Le Nord, qui nie toute implication dans le naufrage, a annoncé mardi avoir décidé de rompre ses relations avec la Corée du Sud qu'elle a menacée d'une "guerre totale" en cas de nouvelles sanctions.

Première publication : 26/05/2010

  • CRISE CORÉENNE

    Selon des réfugiés nords-coréens, Pyongyang met son armée sur le pied de guerre

    En savoir plus

  • ONU

    Ban Ki-moon invite le Conseil de sécurité à se saisir du différend coréen

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)