Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

Amériques

La Scientologie obtient la condamnation d’un hacker pour "crime haineux"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/05/2010

Brian Thomas Mettenbrick a été condamné à un an de prison ferme pour avoir participé en 2008 à plusieurs attaques contre des sites de l’Église de scientologie. Le juge a qualifié les faits de "crime haineux".

Un tribunal de Los Angeles a décidé de donner raison à l’Église de scientologie dans sa croisade contre le groupe de cyber-hacktivistes Anonymous. L’un de ses membres, Brian Thomas Mettenbrink, a été condamné, lundi, à un an de prison et 20 000 dollars d’amende pour avoir participé à une série d’attaques informatiques contre les sites de la secte en 2008. Pour la première fois, le juge a estimé que les faits pouvaient s’apparenter à un "crime haineux". Aux Etats-Unis, la Scientologie est en effet considérée comme une religion.

Le jeune homme de 20 ans avait plaidé coupable en janvier et avait reconnu s’être "introduit illégalement" sur les sites de la Scientologie. C’est le deuxième membre du groupe Anonymous qui est condamné pour ces attaques. En novembre, un adolescent de 18 ans avait écopé de 366 jours de prison pour des faits similaires.

"Déclaration de guerre"

Les attaques remontent à janvier 2008. Pendant plus d’une semaine, plusieurs sites dépendants de l’Église de scientologie deviennent inaccessibles. Le groupe Anonymous revendique l’offensive sur le site "Project Chanology".

A l’origine de l’initiative de ces pirates informatiques, une vidéo de Tom Cruise sur YouTube. L’acteur y explique en long et en large ses convictions scientologues. Elle a été vu plus d’un million de fois à l’époque (et 5 millions aujourd’hui). Mais la secte demande à YouTube de l’enlever de la Toile, car elle génère un buzz très négatif.

Cette tentative de censure aurait été pour Anonymous la goutte qui fait déborder le vase. Dans une vidéo mise en ligne le 21 janvier 2008, le groupe affirme qu’il fera tout pour "exclure la Scientologie de l’Internet". En moins de 2 semaines, cette "déclaration de guerre" aura été regardé plus de 2 millions de fois. Les cyber-hacktivistes mettent en cause le "risque que fait peser la Scientologie sur la démocratie" et promettent des révélations en cascade.

En fait, ils réussiront par deux fois à rendre public des documents internes de la secte qui sont présentés comme le petit livre rouge de la propagande made in Scientologie.

La secte répond fin janvier 2008 en déposant plainte. Elle lance une vaste campagne sur la Toile, accusant les membres d'Anonymous d’être des "terroristes" et faisant état de "centaines de menaces de mort" à l’égard de scientologues. Un site web, anonymousFacts, soupçonné d’être lié à la Scientologie, publie même les informations personnelles sur des supposés membres d’Anonymous. Le FBI, de son côté, enquêtera pendant près d’un an pour remonter le fil de ce groupe.

Crédit photo : Lors d'une manifestation des membres d'Anonymous (2008) - Anonymous9000 (Flickr)

Première publication : 26/05/2010

COMMENTAIRE(S)