Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Amériques

La Scientologie obtient la condamnation d’un hacker pour "crime haineux"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/05/2010

Brian Thomas Mettenbrick a été condamné à un an de prison ferme pour avoir participé en 2008 à plusieurs attaques contre des sites de l’Église de scientologie. Le juge a qualifié les faits de "crime haineux".

Un tribunal de Los Angeles a décidé de donner raison à l’Église de scientologie dans sa croisade contre le groupe de cyber-hacktivistes Anonymous. L’un de ses membres, Brian Thomas Mettenbrink, a été condamné, lundi, à un an de prison et 20 000 dollars d’amende pour avoir participé à une série d’attaques informatiques contre les sites de la secte en 2008. Pour la première fois, le juge a estimé que les faits pouvaient s’apparenter à un "crime haineux". Aux Etats-Unis, la Scientologie est en effet considérée comme une religion.

Le jeune homme de 20 ans avait plaidé coupable en janvier et avait reconnu s’être "introduit illégalement" sur les sites de la Scientologie. C’est le deuxième membre du groupe Anonymous qui est condamné pour ces attaques. En novembre, un adolescent de 18 ans avait écopé de 366 jours de prison pour des faits similaires.

"Déclaration de guerre"

Les attaques remontent à janvier 2008. Pendant plus d’une semaine, plusieurs sites dépendants de l’Église de scientologie deviennent inaccessibles. Le groupe Anonymous revendique l’offensive sur le site "Project Chanology".

A l’origine de l’initiative de ces pirates informatiques, une vidéo de Tom Cruise sur YouTube. L’acteur y explique en long et en large ses convictions scientologues. Elle a été vu plus d’un million de fois à l’époque (et 5 millions aujourd’hui). Mais la secte demande à YouTube de l’enlever de la Toile, car elle génère un buzz très négatif.

Cette tentative de censure aurait été pour Anonymous la goutte qui fait déborder le vase. Dans une vidéo mise en ligne le 21 janvier 2008, le groupe affirme qu’il fera tout pour "exclure la Scientologie de l’Internet". En moins de 2 semaines, cette "déclaration de guerre" aura été regardé plus de 2 millions de fois. Les cyber-hacktivistes mettent en cause le "risque que fait peser la Scientologie sur la démocratie" et promettent des révélations en cascade.

En fait, ils réussiront par deux fois à rendre public des documents internes de la secte qui sont présentés comme le petit livre rouge de la propagande made in Scientologie.

La secte répond fin janvier 2008 en déposant plainte. Elle lance une vaste campagne sur la Toile, accusant les membres d'Anonymous d’être des "terroristes" et faisant état de "centaines de menaces de mort" à l’égard de scientologues. Un site web, anonymousFacts, soupçonné d’être lié à la Scientologie, publie même les informations personnelles sur des supposés membres d’Anonymous. Le FBI, de son côté, enquêtera pendant près d’un an pour remonter le fil de ce groupe.

Crédit photo : Lors d'une manifestation des membres d'Anonymous (2008) - Anonymous9000 (Flickr)

Première publication : 26/05/2010

COMMENTAIRE(S)