Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radical"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • MH17 : jour de deuil aux Pays-Bas, Washington évoque une "erreur" de tir

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costia Concordia

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

EUROPE

Amnesty International épingle les pays qui n'adhèrent pas à la CPI

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/05/2010

Dans son rapport annuel, l'ONG Amnesty International pointe du doigt les pays "leaders", comme les États-Unis, la Chine ou encore la Russie, qui ne reconnaissent toujours pas la Cour pénale internationale (CPI).

Qu’attendent les Etats-Unis, l’Inde, la Chine et d’autres grandes puissances pour ratifier le traité de Rome instituant le Cour pénale internationale (CPI), s'interroge Amnesty international dans son rapport annuel rendu public jeudi.

"La CPI a été instaurée il y a huit ans, on ne peut plus revenir en arrière, elle existe et ces pays ne peuvent pas faire comme si de rien n’était", explique à France24.com Geneviève Garrigos, la présidente d’Amnesty International France. L’organisation de défense des libertés individuelles met l’accent sur les sept puissances majeures (Etats-Unis, Chine, Indonésie, Arabie saoudite, Inde, Russie et Turquie) qui continuent à ne pas reconnaître la juridiction internationale. "Ils se définissent comme les leaders du monde ? Qu’ils agissent enfin comme tel et donnent le bon exemple", s'insurge Geneviève Garrigos.

Car d’autres pays s’abritent derrière ce refus de ratification des grands pour ne rien faire non plus. En tout, d’après le rapport, 111 des 192 pays ont reconnu l’autorité de la Cour pénale internationale. Et en la matière, l’unanimité des nations serait une exigence morale. "Il faut que les populations aient l’impression que la justice internationale s’appliquent partout car sinon elles seront tentées de se rendre justice elles-mêmes et nous continuerons à assister à de nouvelles violences", tranche la présidente d’Amnesty Internationale France.

"Pirouette juridique" de la France

Si ce refus de ratification constitue le principal regret de l’ONG, elle n’en délivre pas pour autant un blanc-seing aux autres nations. En effet, parmi tous les signataires, seuls 44 pays, à ce jour, ont adapté leur droit national pour reconnaître à la CPI une compétence universelle. Une compétence essentielle car c’est elle qui permet à la Cour de poursuive une personne quelque soit sa nationalité et le lieu où se sont déroulés les crimes. "On parle tout de même de génocide ou de crimes de guerre et pas de délits mineurs", souligne Geneviève Garrigos.

Parmi les mauvais élèves au sein de ces 111 pays : la France. Elle est, certes, en passe de faire adopter un texte pour reconnaître la compétence universelle de la CPI, mais il s’agirait d’une "pirouette juridique", selon la responsable d’Amnesty France. "Il y a plusieurs verrous qui rendent le texte vide de sens", explique-t-elle. Il faut notamment que l’accusé réside habituellement sur le sol français ce qui exclut, par exemple, "les chefs d’État qui viennent se soigner en France"… Les citoyens ne peuvent pas non plus saisir la justice, seul le parquet possède ce pouvoir. "Autant dire que c’est la victoire du politique sur l’exigence de justice", regrette Geneviève Garrigos.

Si le combat est donc encore loin d’être gagné, Amnesty International relève tout de même quelques notes d’espoir. Parmi elles, le premier mandat d’arrêt international contre un président en exercice, le Soudanais Omar el-Béchir. La situation en Amérique du Sud s’est aussi considérablement améliorée. "C’est la seule région au monde où tous les pays ont adapté leur droit pour reconnaître la compétence de la CPI", se réjouit Geneviève Garrigos.

Première publication : 27/05/2010

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Le tour du monde des droits de l'Homme bafoués

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)