Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Qui peut arrêter Donald Trump ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Moïse Katumbi, accusé de recruter des mercenaires, candidat à la présidentielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un homme à la hauteur", le nain Dujardin

En savoir plus

FOCUS

Chute des prix du pétrole : les pays du Golfe face à une austérité jamais connue

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : Moqtada al-Sadr, l'agitateur

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi Travail : la bataille s'engage au Parlement (partie 2)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La mode, seconde industrie la plus polluante au monde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Isabelle Kocher, seule dirigeante du CAC 40

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amicalement vôtre"

En savoir plus

Sports

Nicolas Sarkozy attendu à Genève pour défendre le dossier français

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/05/2010

Le président français, Nicolas Sarkozy, se rendra vendredi à Genève, en Suisse, pour défendre personnellement devant l'UEFA la candidature de la France à l'organisation de l'Euro-2016.

REUTERS - Nicolas Sarkozy se rendra vendredi matin à Genève pour défendre la candidature de la France pour l'Euro 2016 de football, annonce jeudi l'Elysée.

Le chef de l'Etat, qui sera accompagné de la ministre de la Santé et des Sports Roselyne Bachelot et de la secrétaire d'Etat aux Sports Rama Yade, doit intervenir lors du "grand oral" de la délégation française devant le comité de sélection de l'UEFA.

Celui-ci doit annoncer son choix vendredi après avoir auditionné les trois pays candidats, la France étant opposée à la Turquie et à l'Italie.



Nicolas Sarkozy avait reçu en décembre dernier les maires des villes présélectionnées par la Fédération française de football (FFF) pour la candidature française et confirmé à cette occasion que l'Etat débloquerait 150 millions d'euros pour leurs stades.

Il a rencontré en mars la commission d'évaluation de l'UEFA à l'occasion de sa visite en France.

Rama Yade a souligné qu'un des atouts de la candidature française était que "l'Etat s'est mobilisé au maximum" pour la défendre.

"Ce que nous disons nous le ferons, les promesses françaises seront tenues. Nos engagements, ce ne sont pas des promesses mais des engagements fermes", a-t-elle dit à Reuters.

Elle a ajouté que cette candidature s'appuyait aussi "sur un soutien national unanime, de l'Etat, des ministères, des partis politiques, des villes aussi".

"On y croit, on est enthousiaste. Il y a une envie, une détermination qui ne s'est jamais démentie depuis que cette candidature a été présentée", a-t-elle indiqué.

Rappelant que les succès des coupes du monde de football en 1998 ou de rugby en 2007, la secrétaire d'Etat a estimé que la France avait déjà montré "sa capacité d'organiser ce genre d'événements".

"Mais nous faisons table rase du passé. Nous abordons cette candidature avec un esprit neuf : l'enjeu est de contribuer au développement du football en France pour les 50 prochaines années."

 

Première publication : 27/05/2010

  • FOOTBALL

    Qui peut priver la France de l’Euro-2016 ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)