Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

Amériques

Le tabou de l'homosexualité dans l'armée en passe d'être levé par le Congrès

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/05/2010

Selon une loi en vigueur aux États-Unis, nul n'est censé dévoiler ses préférences sexuelles à l'armée sous peine d'exclusion. La Chambre des représentants et une partie du Sénat ont approuvé, jeudi, un texte qui prévoit de mettre fin à ce tabou.

AFP - La Chambre des représentants américaine et la commission de la Défense du Sénat américain ont approuvé jeudi un texte prévoyant l'abrogation de la loi qui empêche les militaires homosexuels de dévoiler leur orientation sexuelle, sous peine d'être exclus de l'armée.

La Chambre a approuvé la mesure par 234 voix contre 194 dans le projet de loi de finance 2011 pour le Pentagone.

Au Sénat, un peu plus tôt dans la soirée, les élus de la commission de la Défense ont approuvé la mesure, également dans le cadre du projet de loi de finance, par 16 voix contre 12. Le texte doit encore être adopté par le Sénat dans son ensemble.

Fruit d'un compromis en 1993 entre le président Bill Clinton, le Congrès et l'armée, la loi baptisée "Don't ask, don't tell" ("Ne rien demander, ne rien dire") impose aux militaires homosexuels de ne pas dévoiler leur orientation sexuelle, sous peine d'être exclus de l'armée.

La question de l'opportunité d'abroger la mesure ces jours-ci suscite un vif débat au Congrès.

Lundi, la Maison Blanche et des élus du Sénat sont parvenus à un compromis: un vote devait intervenir ces jours-ci, à charge pour le Pentagone de décider ensuite de la façon de l'appliquer.

Conformément à cet accord, la commission a adopté jeudi un texte qui prévoit une abrogation de la loi. Mais cette abrogation n'entrera en vigueur que lorsque le Pentagone aura terminé son étude sur les moyens de l'appliquer, d'ici à la fin de l'année.

Le sénateur républicain John McCain, le plus haut membre républicain de la commission, s'oppose à toute abrogation avant que le Pentagone n'ait terminé une évaluation sur les moyens d'opérer un changement de politique vis-à-vis de l'homosexualité.

Les chefs de l'armée de l'Air, de la Marine, du corps des Marines et de l'armée de Terre sont du même avis.

Le secrétaire à la Défense, Robert Gates, s'est dit de son côté prêt mardi à "accepter" à contre-coeur l'accord conclu entre la Maison Blanche et les élus du Congrès pour abroger la loi. Mais pour lui, la loi devrait, dans l'idéal, être abrogée après que le Pentagone aura achevé son rapport sur la question.

Interrogé après le vote de la commission jeudi soir, le sénateur McCain a répondu que l'abrogation "va affecter l'état d'esprit et l'efficacité au combat de nos troupes". M. McCain ne s'est pas prononcé pour savoir s'il voterait pour ou contre la loi de finance -- contenant la mesure sur les homosexuels -- devant le Sénat dans son ensemble.

"Le vote d'aujourd'hui marque une étape cruciale vers la fin d'un chapitre honteux de l'histoire de notre pays", a indiqué dans un communiqué après le vote de la Chambre, Rea Carey, la directrice de la National Gay and Lesbian Task Force.

Première publication : 28/05/2010

COMMENTAIRE(S)