Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Premier ministre chinois à Séoul en pleine crise entre les deux Corées

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/05/2010

Wen Jiabao, en visite à Séoul, a déclaré que Pékin ne protégerait pas les responsables du naufrage de la corvette sud-coréenne. Celle a été torpillée, selon une enquête internationale, par la Corée du Nord.

AFP - La Chine ne protégera pas les responsables du naufrage d'une corvette sud-coréenne, coulée, selon une enquête internationale, par une torpille nord-coréenne, a déclaré vendredi le Premier ministre chinois Wen Jiabao, cité par un responsable sud-coréen.
   
Le Premier ministre chinois en visite à Séoul a fait ces déclarations lors d'une rencontre avec le président sud-coréen Lee Myung-Bak, selon le porte-parole de la présidence.
   
Selon les conclusions d'une enquête internationale, une torpille tirée par un sous-marin nord-coréen est à l'origine du naufrage de la corvette Cheonan, le 26 mars, dans lequel 46 marins ont péri.
   
Le régime communiste de Pyongyang - que la Chine n'a pas condamné pour cette attaque - a rejeté toute implication, affirmant que des preuves avaient été "fabriquées" par Séoul.
   
Séoul fait pression sur la Chine, proche alliée de Pyongyang, pour qu'elle soutienne sa démarche visant à obtenir du Conseil de sécurité de l'ONU de nouvelles sanctions contre le Nord.
   
Selon Séoul, le Premier ministre chinois a indiqué que la Chine adopterait une position "juste" sur l'incident après avoir évalué les résultats de l'enquête internationale.
   
"Le gouvernement chinois va évaluer attentivement les résultats de l'enquête internationale et prendra en considération sérieusement les réactions des pays concernés", a déclaré M. Wen, selon Séoul.
   
La Chine "prendra alors une position sur la question de façon objective et juste. Selon les résultats de l'enquête, la Chine ne protégera personne", a ajouté la source sud-coréenne.
   
La Chine avait déclaré mercredi être toujours en train d'évaluer les conclusions d'enquêteurs internationaux.
   
Mardi, la Corée du Nord avait décidé de rompre ses relations avec la Corée du Sud qu'elle a menacée d'une "guerre totale" si de nouvelles sanctions lui étaient imposées à l'ONU, comme le veut Séoul.
   
Pyongyang a aussi coupé les lignes de communication clés avec le Sud, notamment celles entre les marines du nord et du sud, a indiqué le ministère sud-coréen de l'Unification.

 

Première publication : 28/05/2010

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Hillary Clinton en visite à Séoul en pleine crise entre les deux Corées

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Pyongyang décide de rompre toutes ses relations avec Séoul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)