Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Incertitudes autour de la politique économique de Trump

En savoir plus

Afrique

Les opposants de l'UFC entrent au gouvernement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/05/2010

Elliott Ohin a été nommé ministre des Affaires étrangères du nouveau gouvernement togolais. C'est la première fois que l'UFC, arrivée en deuxième position de la présidentielle du 4 mars, accepte d'intégrer une équipe de Faure Gnassingbé.

REUTERS - L'Union des forces de changement (UFC) de l'opposant historique togolais Gilchrist Olympio a accepté vendredi pour la première fois d'intégrer un nouveau gouvernement de coalition, en échange de sept portefeuilles mineurs, à l'exception de celui des Affaires étrangères.

Cette décision, rejetée catégoriquement par un autre haut dirigeant de l'UFC, pourrait entraîner une scission au sein de l'opposition, qui conteste le résultat de l'élection présidentielle du 6 mars remportée par le chef de l'Etat sortant, Faure Gnassingbé.

"Cette longue bataille pour la démocratie, pour l'état de droit (...) et le développement économique et social du peuple togolais n'a malheureusement pas produit les résultats que nous avions espérés", a déclaré Olympio, président de l'UFC.

"C'est pourquoi, après de laborieuses discussions avec le RPT (Rassemblement du peuple togolais, au pouvoir), avec l'assurance d'avoir le soutien sans faille de nos fédérations, j'ai pris la décision de proposer pour la première fois un nouveau chemin de sortie de crise par le partage du pouvoir."

L'accord conclu par Gilchrist Olympio et le RPT prévoit, outre que l'UFC détiendra sept maroquins, qu'il nommera des responsables à la tête d'entreprises publiques, des autorités locales ou au sein du corps diplomatique.

Gilchrist Olympio présidera lui-même une commission chargée de la mise en oeuvre dans les six mois de réformes constitutionnelles approuvées en 2006, un an après les violences consécutives à la première élection contestée de Faure Gnassingbé, qui avaient fait environ 500 morts.

Ce dernier succédait à son défunt père, Gnassingbé Eyadéma, qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant 38 ans.

L'accord annoncé par Gilchrist Olympio a été dénoncé par Jean-Pierre Fabre, candidat de l'UFC à la présidentielle du 6 mars, qui a obtenu environ 34% des voix.

Sur les ondes de RFI, Jean-Pierre Fabre a reproché à Olympio de ne pas avoir consulté les autres dirigeants du parti, ajoutant que l'UFC avait auparavant rejeté un partage du pouvoir. Le parti se réunira prochainement pour mettre fin à ce désordre, a assuré Jean-Pierre Fabre.

"Cette décision va affaiblir l'opposition pour les trois ou quatre prochaines années", estime Rolake Akinola, spécialiste de l'Afrique au sein du groupe de consultants Eurasia.

Première publication : 28/05/2010

COMMENTAIRE(S)