Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • En prison depuis un an, Karim Wade bientôt fixé sur son sort

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

Amériques

Pour qui et pour quoi votent les Colombiens ?

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/05/2010

La Colombie choisira dimanche un successeur à Alvaro Uribe. France24.com a demandé les raisons de leur choix à des partisans des quatre principaux candidats : J.M. Santos, G.Petro, A.Mockus, et N.Sanin (de g. à dr. sur la photo).

30 millions d’électeurs colombiens se préparent à élire, dimanche, celui ou celle qui succèdera à Alvaro Uribe. Un sondage réalisé le 21 mai par l’institut Datexco donne le candidat de droite Juan Manuel Santos, héritier d’Alvaro Uribe, en tête avec 35 % des intentions de vote. Il est talonné par le candidat centriste et vert Antanas Mockus (34 %), alors que la candidate conservatrice Noemi Sanin (9 %) et celui du rassemblement de gauche, Gustavo Petro (5 %), sont loin derrière. A moins que l’un(e) d’eux ne dépasse 50 % des voix, un second tour verra s’affronter les deux candidats arrivés en tête le 20 juin.

 

  • Antanas Mockus
    Antanas Mockus

“Pour moi, Mockus incarne une nouvelle chance, des possibilités différentes pour ce pays. Ce que je préfère en lui ? Son honnêteté et le fait que ce soit un candidat indépendant. C’est presque un candidat anti-politique, en fait. En Colombie, le terme de ‘politicien’ est devenu synonyme de ‘malhonnêteté’." - Guillermo Martinez, 61 ans, agriculteur, Santander.

“Je voterai pour Mockus dimanche car l’éducation est au centre de son programme. Sa campagne met en avant l'éducation, il veut créer des écoles primaires et secondaires ainsi que des universités publiques. Et il dit aussi vouloir éduquer les gens, apprendre aux Colombiens à être honnêtes et à cesser de faire des choses illégales." - Maria Andrea Duque, 30 ans, travaille pour la campagne d’Antanas Mockus, Bogota.

  • Noemi Sanin

NOEMI SANIN

“Je vais voter Noemi pour une raison simple : c’est une femme ! J’aimerais voir une femme diriger ce pays, et je crois qu’il est temps pour la Colombie d’élire enfin une présidente !" - Paola Hernandez, 31 ans, femme de ménage, Santa Marta.

"Ces huit dernières années, la Colombie a laissé de côté ses relations diplomatiques et commerciales avec les pays voisins, et Uribe a trop misé sur Washington. Je suis persuadé que Noemi saura améliorer nos relations commerciales au niveau régional, mais aussi avec l’Europe (elle a été ambassadrice en Grande-Bretagne et en Espagne). Elle a fait un très bon boulot en tant que ministre des Affaires étrangères, dans le gouvernement Gaviria (1991), je suis sûr qu’elle continuera." - Christian Santamaria, 18 ans, étudiant, Tulua.
 

  • Gustavo Petro
    GUSTAVO PETRO

"Au premier tour, mon choix sera Petro parce que j’aime ses propositions, en particulier celle qui prévoit un nouvel impôt pour les Colombiens résidant à l’étranger. Les sommes alimenteront une caisse de développement social, qui aidera par exemple à construire des réseaux d’eau potable. D’autre part, il veut généraliser le versement de la retraite à toute la population, pas seulement à ceux qui ont travaillé toute leur vie." - Iris Morales, 60 ans, philosophe, Bogota.

“Je donnerai ma voix à Petro car il a l’expérience requise et concentrera sa politique sur les problèmes sociaux. Les inégalités sociales sont le principal problème de la Colombie. Elles ont toutes sortes de conséquences telles que la violence, le trafic de drogue… Lorsqu’il a été député, puis sénateur, Gustavo Petro a mené des combats importants en faveur de la protection sociale, de la redistribution des terres agricoles, et contre la corruption. Il les poursuivra s’il est élu." - Sofia Salgado, 61 ans, ex-diplomate, Bogota.

  • Juan Manuel Santos

JUAN MANUEL SANTOS

“Je vais voter pour Santos car il veux poursuivre la politique d’Alvaro Uribe. Il va travailler à renforcer la sécurité nationale et combattre la guérilla des Farc. J’apprécie vraiment ce qu’Uribe a fait pour la sécurité du pays, et le fait qu’aujourd’hui on peut enfin se sentir en sécurité et voyager en Colombie." - Consuelo Londono, 68 ans, femme au foyer, Medellin.

"C’est son programme économique qui va me faire choisir Santos. D’après ses déclarations de campagne, il veut favoriser la création d’emplois et les investissements sans toucher au niveau d’imposition. Et puis sa politique en matière de sécurité intérieure devrait rassurer les investisseurs étrangers et les entreprises qui veulent s’implanter en Colombie." - Felipe Cruz, 37 ans, manager financier, Bogota.

Première publication : 28/05/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)