Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Amériques

Pour qui et pour quoi votent les Colombiens ?

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/05/2010

La Colombie choisira dimanche un successeur à Alvaro Uribe. France24.com a demandé les raisons de leur choix à des partisans des quatre principaux candidats : J.M. Santos, G.Petro, A.Mockus, et N.Sanin (de g. à dr. sur la photo).

30 millions d’électeurs colombiens se préparent à élire, dimanche, celui ou celle qui succèdera à Alvaro Uribe. Un sondage réalisé le 21 mai par l’institut Datexco donne le candidat de droite Juan Manuel Santos, héritier d’Alvaro Uribe, en tête avec 35 % des intentions de vote. Il est talonné par le candidat centriste et vert Antanas Mockus (34 %), alors que la candidate conservatrice Noemi Sanin (9 %) et celui du rassemblement de gauche, Gustavo Petro (5 %), sont loin derrière. A moins que l’un(e) d’eux ne dépasse 50 % des voix, un second tour verra s’affronter les deux candidats arrivés en tête le 20 juin.

 

  • Antanas Mockus
    Antanas Mockus

“Pour moi, Mockus incarne une nouvelle chance, des possibilités différentes pour ce pays. Ce que je préfère en lui ? Son honnêteté et le fait que ce soit un candidat indépendant. C’est presque un candidat anti-politique, en fait. En Colombie, le terme de ‘politicien’ est devenu synonyme de ‘malhonnêteté’." - Guillermo Martinez, 61 ans, agriculteur, Santander.

“Je voterai pour Mockus dimanche car l’éducation est au centre de son programme. Sa campagne met en avant l'éducation, il veut créer des écoles primaires et secondaires ainsi que des universités publiques. Et il dit aussi vouloir éduquer les gens, apprendre aux Colombiens à être honnêtes et à cesser de faire des choses illégales." - Maria Andrea Duque, 30 ans, travaille pour la campagne d’Antanas Mockus, Bogota.

  • Noemi Sanin

NOEMI SANIN

“Je vais voter Noemi pour une raison simple : c’est une femme ! J’aimerais voir une femme diriger ce pays, et je crois qu’il est temps pour la Colombie d’élire enfin une présidente !" - Paola Hernandez, 31 ans, femme de ménage, Santa Marta.

"Ces huit dernières années, la Colombie a laissé de côté ses relations diplomatiques et commerciales avec les pays voisins, et Uribe a trop misé sur Washington. Je suis persuadé que Noemi saura améliorer nos relations commerciales au niveau régional, mais aussi avec l’Europe (elle a été ambassadrice en Grande-Bretagne et en Espagne). Elle a fait un très bon boulot en tant que ministre des Affaires étrangères, dans le gouvernement Gaviria (1991), je suis sûr qu’elle continuera." - Christian Santamaria, 18 ans, étudiant, Tulua.
 

  • Gustavo Petro
    GUSTAVO PETRO

"Au premier tour, mon choix sera Petro parce que j’aime ses propositions, en particulier celle qui prévoit un nouvel impôt pour les Colombiens résidant à l’étranger. Les sommes alimenteront une caisse de développement social, qui aidera par exemple à construire des réseaux d’eau potable. D’autre part, il veut généraliser le versement de la retraite à toute la population, pas seulement à ceux qui ont travaillé toute leur vie." - Iris Morales, 60 ans, philosophe, Bogota.

“Je donnerai ma voix à Petro car il a l’expérience requise et concentrera sa politique sur les problèmes sociaux. Les inégalités sociales sont le principal problème de la Colombie. Elles ont toutes sortes de conséquences telles que la violence, le trafic de drogue… Lorsqu’il a été député, puis sénateur, Gustavo Petro a mené des combats importants en faveur de la protection sociale, de la redistribution des terres agricoles, et contre la corruption. Il les poursuivra s’il est élu." - Sofia Salgado, 61 ans, ex-diplomate, Bogota.

  • Juan Manuel Santos

JUAN MANUEL SANTOS

“Je vais voter pour Santos car il veux poursuivre la politique d’Alvaro Uribe. Il va travailler à renforcer la sécurité nationale et combattre la guérilla des Farc. J’apprécie vraiment ce qu’Uribe a fait pour la sécurité du pays, et le fait qu’aujourd’hui on peut enfin se sentir en sécurité et voyager en Colombie." - Consuelo Londono, 68 ans, femme au foyer, Medellin.

"C’est son programme économique qui va me faire choisir Santos. D’après ses déclarations de campagne, il veut favoriser la création d’emplois et les investissements sans toucher au niveau d’imposition. Et puis sa politique en matière de sécurité intérieure devrait rassurer les investisseurs étrangers et les entreprises qui veulent s’implanter en Colombie." - Felipe Cruz, 37 ans, manager financier, Bogota.

Première publication : 28/05/2010

COMMENTAIRE(S)