Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Amériques

Forte mobilisation des électeurs pour le premier tour de la présidentielle

Vidéo par Roméo LANGLOIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/05/2010

L'affluence a été forte dans les bureaux de vote lors du premier tour de la présidentielle. Considéré comme le dauphin du président sortant Alvaro Uribe, Juan-Manuel Santos arrive en tête des sondages sortie des urnes.

AFP - Les bureaux de vote ont fermé dimanche à 16h00 (21h00 GMT) pour le premier tour de l'élection présidentielle en Colombie, destiné à choisir un successeur à Alvaro Uribe, à l'issue d'une journée marquée par une grande affluence, a annoncé la Commission électorale.

Un responsable du Bureau de recensement, qui fait office de commission électorale, a confirmé à l'AFP que les bureaux étaient officiellement fermés, à 16h00 (21h00 GMT).

En vertu de la loi colombienne les électeurs arrivés peu avant la fermeture ne peuvent plus exercer ce droit.

Environ 30 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour choisir un successeur au président sortant Alvaro Uribe (droite) arrivé au pouvoir en août 2002.

Neuf candidats sont en lice pour la présidentielle, mais seulement deux d'entre eux obtenaient plus de 30% des intentions de vote, selon les derniers sondages publiés une semaine avant le scrutin.

Juan-Manuel Santos, 58 ans, ancien ministre de la Défense (2006-2009), se présentant comme le dauphin du président sortant, était dans ces enquêtes au coude-à-coude avec Antanas Mockus, ancien maire de Bogota (1995-1997 et 2001-2003) du même âge, candidat du Parti Vert.

Des résultats portant sur plus de 90% des suffrages sont attendus vers 19h30 (00h30), selon la Commission électorale, qui s'attend également à une participation beaucoup plus élevée qu'à la dernière élection présidentiele, en mai 2006, remportée par Alvaro Uribe au premier tour, avec 62,3% des suffrages.

Dans cette élection, il y a de nombreux enjeux : les relations avec les pays voisins, la sécurité intérieure et l'assistance sociale. La question est de savoir si l'on veut privilégier la sécurité intérieure ou la sécurité sociale.

Andrea Florez, 30 ans, psychologue à New York

Selon les autorités, le scrutin s'est presque partout déroulé dans le calme, bien que des combats aient été rapportés dans plusieurs départements, notamment dans le Cauca (sud-ouest), où la guérilla des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie, marxistes) reste très active.

Au moins deux soldats ont été tués, de même qu'un membre des Farc.

"Les incidents d'ordre public ont diminué de 86% par rapport à 2002 et de 50% par rapport (à l'élection présidentielle) de 2006", a annoncé le ministre de l'Intérieur, Fabio Valencia Cossio, à la mi-journée.

En cas de ballotage, un second tour est prévu le 20 juin.

Première publication : 30/05/2010

  • COLOMBIE

    Pour qui et pour quoi votent les Colombiens ?

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Portraits des quatre principaux candidats à l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Les relations entre Bogota et ses voisins suspendues au résultat de la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)