Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

UN OEIL SUR LES MEDIAS

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "François de Rugy se fera respecter car il est respectable"

En savoir plus

FOCUS

Face à ses hooligans, la Russie applique la tolérance zéro

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'acteur caméléon Guillaume Gallienne fait ses débuts à l'opéra

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, Trump, et Oliver Stone"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Facebook Messenger parie sur le "service à la clientèle instantané"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oubliés les brocards phallocrates !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : nouvelles découvertes macabres dans le Kasaï

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 01/06/2010

Le candidat colombien Mockus promet du changement

Le candidat vert à l'élection présidentielle, Antanas Mockus, véritable icône en Colombie, espère, s'il est élu, changer radicalement les mentalités. Son programme, orienté vers une politique sociale en faveur de l'environnement et de l'éducation, a trouvé son électorat auprès des jeunes mais aussi des plus âgés.

Une marée verte avance sur la ville andine de Tunja, au cœur de la Colombie. Ces militants marchent depuis trois jours à travers la cordillère. Ils sont venus soutenir leur leader : l’ex-maire de Bogota Antanas Mockus, candidat pour le Parti des Verts aux élections présidentielles de dimanche.

Avec 35% environ d'intentions de vote, Antanas est l’un des grands favoris. Sa promesse de mener une grande révolution éducative et d'en finir avec la corruption et le clientélisme qui ronge le pays l’a propulsé en tête des sondages. Ecoutes téléphoniques, assassinats de civils par l'armée... Ces derniers mois, les scandales impliquant le gouvernement du Président Alvaro Uribe se sont multipliés, précipitant le succès d'Antanas Mockus. "Pour un pays décent, Antanas Président", scandent ses supporters.

Ce fils d’immigrés lituaniens âgé de 58 ans, professeur de philosophie et mathématicien de formation, s'est donné une mission : terrasser la violence qui règne en Colombie depuis des décennies. En 2009, quelques 19 000 personnes ont été assassinées dans le pays andin.

Aujourd’hui à Tunja, AntanasMockus reçoit la bénédiction d’un leader indien sensible aux promesses écologiques du Parti des Verts et à sa politique de dialogue.

Le candidat se veut un pédagogue, voire un prophète de la paix. A grand renfort de slogans et de symboles, il se donne pour mission d’éduquer les Colombiens. "La vie est sacrée", martèle t-il dans ses meetings.

Pour en finir avec la culture de l'individualisme et du narcotrafic, Mockus prétend changer les mentalités, instaurer une nouvelle culture citoyenne. Mais pour ses adversaires, ce n’est pas à coup de slogans que l’on peut relever une nation rongée par le trafic de drogue.

Certains le traitent de fou. Personne n’a oublié qu’il s’était un jour déculotté devant un amphithéâtre d’étudiants qui l’empêchaient de s’exprimer. Mockus était alors recteur d’Université. La scène avait fait scandale.

Mockus s'était également fait connaître en se mariant sur le dos d'un éléphant, et on l'avait vu dans les rues de Bogota en tenue de superman, arborant un C sur la poitrine, pour "Supercivique", alors qu'il était maire de Bogota. Malgré ces "performances" farfelues, Mockus, lors de son passage à la mairie de Bogota, s’est révélé bon gestionnaire. Pour les habitants de la capitale, c’est l’homme qui a restauré la sécurité, modernisé les transports et assaini les finances de la ville.

Aujourd’hui, il s’affronte à un rival de taille : Juan Manuel Santos, ancien Ministre de la défense et dauphin de l’actuel Président, le très populaire Alvaro Uribe. Santos, c’est l’auteur des coups les plus durs contre la guérilla des FARC, et notamment de la libération d’Ingrid Betancourt. Selon les sondages, les deux candidats devraient se retrouver au deuxième tour.

L’une des clés du succès du très légaliste Mockus, ancien élève du lycée français de Bogota, c’est justement son discours sans concessions vis-à-vis de la guérilla.

Selon lui, "les FARC ne sont pas écoutées en tant qu'organisation politique, mais en tant qu'organisation qui pratique la prise d'otages. Et elles utilisent les otages comme un micro."

Pour des millions de Colombiens, Mockus, qui mène une campagne basée sur l'intégrité et le respect de l'adversaire, incarne aujourd'hui le changement. En deux mois, son ascension, dopée par Facebook, a été fulgurante. Dimanche dernier, lors de la clôture des campagnes publiques, malgré l’averse, ils étaient des milliers à l’acclamer sur la Place Bolivar de Bogota, son fief électoral.

Par Roméo LANGLOIS

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/06/2017 EUROPE

Face à ses hooligans, la Russie applique la tolérance zéro

La Russie vit en ce moment au rythme de la Coupe des confédérations de football. Le tournoi réunit huit équipes dans quatre villes russes, une petite répétition avant le Mondial...

En savoir plus

26/06/2017 Amériques

Face à Trump, la gauche américaine se mobilise

La gauche américaine est mobilisée comme elle l'a rarement été. Les militants démocrates ont décidé d'investir le terrain pour, selon eux, faire prendre conscience aux électeurs...

En savoir plus

23/06/2017 France

Réchauffement climatique : un danger pour le vin français

Le réchauffement climatique a un impact très concret sur le vin français. Les degrés en plus donnant un raisin plus sucré, qui à son tour produit du vin plus alcoolisé,...

En savoir plus

22/06/2017 Afrique

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

Depuis près de trois ans, le Soudan du Sud est touché par une guerre civile. Face aux violences et au manque de nourriture, beaucoup de Sud-Soudanais ont décidé de fuir. Près de...

En savoir plus

21/06/2017 Qatar

Crise diplomatique dans le Golfe : les raisons de la colère

Depuis le 5 juin, l'Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, allié de l’Iran et accusé de "soutenir le...

En savoir plus