Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Amériques

Largement en tête, le dauphin d’Uribe fait mentir les sondages

©

Texte par Guillaume LOIRET

Dernière modification : 31/05/2010

Alors que Juan Manuel Santos (photo) manque de peu la victoire au premier tour, il réalise un score que les instituts de sondage n’avaient pas vu venir. Le chouchou des médias, Antanas Mockus, est loin derrière avec 21,5 % des suffrages.

Le phénomène Antanas Mockus ? "Une fiction médiatique" inventée "pour légitimer ces élections". Les mots sont durs, ce sont ceux postés par Piedad Cordoba, sénatrice charismatique et très populaire en Colombie, sur son compte Twitter, dimanche soir à l’annonce des résultats.

Car le premier tour de l’élection présidentielle colombienne a largement fait mentir les sondages. Ils donnaient le Vert Mockus au coude-à-coude avec le favori Santos, les tournesols (symbole de la campagne de Mockus) envahissaient les pages des journaux et une partie de la Colombie se laissait rêver à l’alternance… Mais selon des résultats officiels rendus publics dans la nuit, Juan Manuel Santos, le dauphin du président sortant Alvaro Uribe, remporte 46,6% des suffrages au premier tour. Son challenger, Antanas Mockus, arrive deuxième mais loin derrière avec 21,5% des suffrages exprimés.

Même Bogota boude Mockus

L’ampleur du triomphe de Santos est sans appel : il s'impose dans 31 des 32 départements colombiens, avec des scores souvent sans appel, d’après une infographie établie par le quotidien "El Tiempo". Le candidat conservateur recueille ainsi 45% des suffrages dans la région d’Antioquia, dont Alvaro Uribe fut le gouverneur, creuse l’écart avec son adversaire dans la nord du pays (plus de 56% contre 11,5 et 14% à Mockus dans les Etats de Bolivar et du Magdalena) et plafonne à plus de 75% dans la région pétrolière du Casanare, au centre-est du pays.

Antanas Mockus, lui, ne réussit même pas à faire basculer la capitale Bogota, dont il fut le maire à deux reprises : 27,5 % des suffrages pour le candidat Vert, contre 40,3% pour Santos. Mockus ne s’impose que dans un département et une grande ville, mais à chaque fois avec une faible avance sur Santos. A contrario, la diaspora colombienne - urbaine et éduquée - a choisit Mockus à plus de 58%.

Les deux tiers des voix pour la droite conservatrice

Mais le vote colombien du premier tour est-il vraiment une surprise ? Avec Santos, German Vargas (10%) et Noemi Sanin (6%), la droite conservatrice séduit finalement plus de 62% des électeurs. Soit quasiment le score réalisé par le président Uribe lors de sa réélection dès le premier tour à la présidentielle de mai 2006.

D’autre part, même si Santos avait changé de stratégie dans le dernier mois de la campagne, se recentrant sur la première préoccupation des Colombiens, l’emploi, il restait le candidat de la sécurité et du combat contre la guérilla des Farc, dans un pays exténué par la guerre civile. Ancien ministre de la Défense, Juan Manuel Santos est l’homme fort de deux épisodes marquants : l’attaque en mars 2008 d’un camp des Farc en Equateur, au cours de laquelle le numéro deux de l’organisation, Raul Reyes, était éliminé, et la libération, le 2 juillet 2008, des otages les plus précieux des Farc, dont Ingrid Bétancourt.

Faible marge de manœuvre pour Mockus

"M. Uribe, ceci est votre victoire et celle de tous ceux qui souhaitent préserver votre immense héritage." Dans ce qui sonnait comme le discours d’un vainqueur, Santos a rendu hommage dimanche soir à son parrain en politique et appelé à la formation d’un "gouvernement d’union nationale" à l’issue du second tour, qui se tiendra le 20 juin. Comme si cette seconde manche n’était plus qu’une simple formalité.

Car le report des voix semble très favorable à Santos. Celles de German Vargas et de Noemi Sanin lui sont acquises, venant des candidats de deux partis - le Changement radical et le Parti conservateur - qui ont toujours soutenu le gouvernement Uribe.

Antanas Mockus, lui, ne peut guère compter que sur les électeurs du candidat de gauche Gustavo Petro (9,15% - en large recul depuis les élections de 2006), et peut-être sur ceux du candidat libéral Rafael Pardo (4,4%) pour faire le plein de voix.

"Nous avons atteint un but qui semblait impossible il y a quelques mois" a déclaré Mockus à ses partisans à l’annonce des résultats, lui qui était crédité de moins de 10% des intentions de vote en mars. "Plus de trois millions de citoyens ont rejoint ce qui s'est transformé en une vague verte d'espérance", a-t-il poursuivi. "Je suis là parce que je le veux, pas parce que l'on m'a payé!" a conclu le candidat Vert, en forme de réponse aux durs mots de la sénatrice Piedad Cordoba.

Première publication : 31/05/2010

  • COLOMBIE

    Pour qui et pour quoi votent les Colombiens ?

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Les relations entre Bogota et ses voisins suspendues au résultat de la présidentielle

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Portraits des quatre principaux candidats à l'élection présidentielle

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)