Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

Moyen-orient

L'AIEA affirme que l'Iran a déjà produit au moins 5,7 kg d'uranium enrichi à 19,7%

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/05/2010

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) affirme que Téhéran a produit au moins 5,7 kg d'uranium enrichi à 19,7 % entre février et début avril, alors que le pays assure l'utiliser comme combustible pour un réacteur nucléaire de recherche.

AFP - L'Iran a produit au moins 5,7 kilos d'uranium hautement enrichi jusqu'à début avril, un matériau dont Téhéran affirme qu'il est destiné à son réacteur nucléaire de recherche, selon un document confidentiel de l'AIEA que l'AFP a pu consulter lundi à Vienne.

"Le 7 avril 2010, l'Iran a retiré 5,7 kilos d'uranium hexafluorure (UF6) de la première cascade" de son site pilote d'enrichissement à Natanz, a indiqué le document de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

"Selon l'Iran cet UF6 a été enrichi à 19,7%", affirme le document.

Selon un diplomate de haut-rang proche des inspections menées par l'agence onusienne dans la république islamique, le montant d'uranium hautement enrichi dont dispose l'Iran actuellement est bien plus élevé.

"Les 5,7 kilos c'était début avril. Mais depuis l'Iran a continué à en produire et donc il y en a plus", a indiqué le diplomate sous couvert de l'anonymat.

L'uranium enrichi, que Téhéran affirme utiliser comme combustible pour un réacteur de recherche afin de pouvoir produire des radio-isotopes médicaux, mais dont l'Occident craint qu'il ne serve en définitive à fabriquer une arme atomique, a été produit à raison de 100 grammes par jours, selon les estimations de l'agence rapportées par le diplomate.

L'Iran, qui a procédé jusqu'ici à des niveaux d'enrichissement de son uranium n'excédant pas les 5% à Natanz, a commencé l'enrichissement à un niveau proche de 20% en février dernier afin de servir comme combustible pour un réacteur de recherche dans la capitale.

Cette évolution, défiant plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu l'enjoignant de geler tout enrichissement, avait provoqué une vague de condamnation de la part des pays occidentaux. Ceux-ci estiment en effet que cet enrichissement peut rapprocher les experts iraniens des niveaux requis pour fabriquer des matériaux fissibles entrant dans la fabrication d'une bombe nucléaire.

Téhéran répète en revanche que ses activités nucléaires ont un objectif exclusivement pacifique.

Dans un accord sous l'égide de l'AIEA conclu en octobre dernier, les Etats-Unis, la Russie et la France avaient proposé de transformer la plus grande partie des stocks d'uranium faiblement enrichi de l'Iran en barres de combustibles hors du territoire iranien pour alimenter le réacteur de recherche.

Mais Téhéran avait refusé l'offre et a depuis conclu un autre accord avec le Brésil et la Turquie pour l'enrichissement de ses stocks d'uranium.

Selon le document confidentiel de l'agence onusienne, la République islamique a produit jusqu'ici quelque 2.427 kilos d'uranium faiblement enrichi, soit le double de la quantité qu'elle serait prête à transférer en Turquie pour un enrichissement plus élevé.

Première publication : 31/05/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Le Brésil et la Turquie convainquent l'Iran d'échanger du combustible nucléaire

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Pour Téhéran, les sanctions discréditent les grandes puissances

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)