Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Alexander Stubb, Premier ministre finlandais

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Françoise Degois, auteur de "Quelle histoire!"

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ceci est mon corps"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Boujnah, directeur banque et marché, France & Bénélux, Banco Santander

En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • "Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

    En savoir plus

  • Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

    En savoir plus

  • Les chrétiens fuient Mossoul, "un crime contre l'humanité" selon l'ONU

    En savoir plus

  • Didier Drogba tout proche d’un retour à Chelsea

    En savoir plus

Moyen-orient

L'AIEA affirme que l'Iran a déjà produit au moins 5,7 kg d'uranium enrichi à 19,7%

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/05/2010

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) affirme que Téhéran a produit au moins 5,7 kg d'uranium enrichi à 19,7 % entre février et début avril, alors que le pays assure l'utiliser comme combustible pour un réacteur nucléaire de recherche.

AFP - L'Iran a produit au moins 5,7 kilos d'uranium hautement enrichi jusqu'à début avril, un matériau dont Téhéran affirme qu'il est destiné à son réacteur nucléaire de recherche, selon un document confidentiel de l'AIEA que l'AFP a pu consulter lundi à Vienne.

"Le 7 avril 2010, l'Iran a retiré 5,7 kilos d'uranium hexafluorure (UF6) de la première cascade" de son site pilote d'enrichissement à Natanz, a indiqué le document de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

"Selon l'Iran cet UF6 a été enrichi à 19,7%", affirme le document.

Selon un diplomate de haut-rang proche des inspections menées par l'agence onusienne dans la république islamique, le montant d'uranium hautement enrichi dont dispose l'Iran actuellement est bien plus élevé.

"Les 5,7 kilos c'était début avril. Mais depuis l'Iran a continué à en produire et donc il y en a plus", a indiqué le diplomate sous couvert de l'anonymat.

L'uranium enrichi, que Téhéran affirme utiliser comme combustible pour un réacteur de recherche afin de pouvoir produire des radio-isotopes médicaux, mais dont l'Occident craint qu'il ne serve en définitive à fabriquer une arme atomique, a été produit à raison de 100 grammes par jours, selon les estimations de l'agence rapportées par le diplomate.

L'Iran, qui a procédé jusqu'ici à des niveaux d'enrichissement de son uranium n'excédant pas les 5% à Natanz, a commencé l'enrichissement à un niveau proche de 20% en février dernier afin de servir comme combustible pour un réacteur de recherche dans la capitale.

Cette évolution, défiant plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu l'enjoignant de geler tout enrichissement, avait provoqué une vague de condamnation de la part des pays occidentaux. Ceux-ci estiment en effet que cet enrichissement peut rapprocher les experts iraniens des niveaux requis pour fabriquer des matériaux fissibles entrant dans la fabrication d'une bombe nucléaire.

Téhéran répète en revanche que ses activités nucléaires ont un objectif exclusivement pacifique.

Dans un accord sous l'égide de l'AIEA conclu en octobre dernier, les Etats-Unis, la Russie et la France avaient proposé de transformer la plus grande partie des stocks d'uranium faiblement enrichi de l'Iran en barres de combustibles hors du territoire iranien pour alimenter le réacteur de recherche.

Mais Téhéran avait refusé l'offre et a depuis conclu un autre accord avec le Brésil et la Turquie pour l'enrichissement de ses stocks d'uranium.

Selon le document confidentiel de l'agence onusienne, la République islamique a produit jusqu'ici quelque 2.427 kilos d'uranium faiblement enrichi, soit le double de la quantité qu'elle serait prête à transférer en Turquie pour un enrichissement plus élevé.

Première publication : 31/05/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Le Brésil et la Turquie convainquent l'Iran d'échanger du combustible nucléaire

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Pour Téhéran, les sanctions discréditent les grandes puissances

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)