Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • En direct : Laurent Fabius à la conférence des ambassadeurs

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

Moyen-orient

L'AIEA affirme que l'Iran a déjà produit au moins 5,7 kg d'uranium enrichi à 19,7%

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/05/2010

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) affirme que Téhéran a produit au moins 5,7 kg d'uranium enrichi à 19,7 % entre février et début avril, alors que le pays assure l'utiliser comme combustible pour un réacteur nucléaire de recherche.

AFP - L'Iran a produit au moins 5,7 kilos d'uranium hautement enrichi jusqu'à début avril, un matériau dont Téhéran affirme qu'il est destiné à son réacteur nucléaire de recherche, selon un document confidentiel de l'AIEA que l'AFP a pu consulter lundi à Vienne.

"Le 7 avril 2010, l'Iran a retiré 5,7 kilos d'uranium hexafluorure (UF6) de la première cascade" de son site pilote d'enrichissement à Natanz, a indiqué le document de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

"Selon l'Iran cet UF6 a été enrichi à 19,7%", affirme le document.

Selon un diplomate de haut-rang proche des inspections menées par l'agence onusienne dans la république islamique, le montant d'uranium hautement enrichi dont dispose l'Iran actuellement est bien plus élevé.

"Les 5,7 kilos c'était début avril. Mais depuis l'Iran a continué à en produire et donc il y en a plus", a indiqué le diplomate sous couvert de l'anonymat.

L'uranium enrichi, que Téhéran affirme utiliser comme combustible pour un réacteur de recherche afin de pouvoir produire des radio-isotopes médicaux, mais dont l'Occident craint qu'il ne serve en définitive à fabriquer une arme atomique, a été produit à raison de 100 grammes par jours, selon les estimations de l'agence rapportées par le diplomate.

L'Iran, qui a procédé jusqu'ici à des niveaux d'enrichissement de son uranium n'excédant pas les 5% à Natanz, a commencé l'enrichissement à un niveau proche de 20% en février dernier afin de servir comme combustible pour un réacteur de recherche dans la capitale.

Cette évolution, défiant plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu l'enjoignant de geler tout enrichissement, avait provoqué une vague de condamnation de la part des pays occidentaux. Ceux-ci estiment en effet que cet enrichissement peut rapprocher les experts iraniens des niveaux requis pour fabriquer des matériaux fissibles entrant dans la fabrication d'une bombe nucléaire.

Téhéran répète en revanche que ses activités nucléaires ont un objectif exclusivement pacifique.

Dans un accord sous l'égide de l'AIEA conclu en octobre dernier, les Etats-Unis, la Russie et la France avaient proposé de transformer la plus grande partie des stocks d'uranium faiblement enrichi de l'Iran en barres de combustibles hors du territoire iranien pour alimenter le réacteur de recherche.

Mais Téhéran avait refusé l'offre et a depuis conclu un autre accord avec le Brésil et la Turquie pour l'enrichissement de ses stocks d'uranium.

Selon le document confidentiel de l'agence onusienne, la République islamique a produit jusqu'ici quelque 2.427 kilos d'uranium faiblement enrichi, soit le double de la quantité qu'elle serait prête à transférer en Turquie pour un enrichissement plus élevé.

Première publication : 31/05/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Le Brésil et la Turquie convainquent l'Iran d'échanger du combustible nucléaire

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Pour Téhéran, les sanctions discréditent les grandes puissances

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)