Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Amériques

"Le message de Mockus passe mal dans les campagnes colombiennes"

Texte par Guillaume LOIRET

Dernière modification : 31/05/2010

Alors que le 1er tour de la présidentielle colombienne a surpris les sondeurs, qui annonçaient un duel serré entre Mockus et Santos, une militante du Parti vert raconte à France24.com comment elle a vécu le scrutin et son résultat depuis Cali.

Doctorante et chercheuse à Sciences-Po, Ana Carolina Gonzalez Espinosa est militante du Parti vert d’Antanas Mockus et était observatrice dans un bureau de vote de Cali lors du premier tour de l’élection présidentielle.

France 24 : est-ce que le résultat du premier tour vous surprend ?
Ana Carolina Gonzalez Espinosa : Oui, il m’a surpris, on croyait tellement à ces sondages qui donnaient Mockus au coude-à-coude avec Santos… On leur a trop fait confiance. Mais, finalement, la géographie du vote n’est pas si surprenante : dans les grandes villes comme Bucaramanga, Cali ou Barranquilla, l’écart n’est pas énorme entre Santos et Mockus. Par contre, le vote des campagnes colombiennes a été très pro-Santos. La Colombie rurale demeure conservatrice et le message d’Antanas Mockus, qui parle de changer la culture politique colombienne, d’éducation, de retour à la légalité, passe mieux dans les milieux urbains et éduqués. Le résultat le plus surprenant reste celui de Bogota, où Mockus jouissait d’une certaine popularité. Là, il semble que Vargas (candidat conservateur) ait conquis une partie de son électorat, que Mockus retrouvera peut-être au second tour.

En tant qu’observatrice du vote, avez-vous constaté des fraudes ?
ACGE : Il faut savoir ce qu’on entend par fraude. Des problèmes de comptage des voix, il y en a eu beaucoup lors des élections législatives de mars 2010, des amis en ont eux-mêmes fait l’expérience : ils votaient pour le Parti vert et leur bureau de vote ne créditait ce parti d’aucune voix ! Mais ce genre de problème ne s’est pas encore posé à Cali, où j’observais le vote de la présidentielle.
Par contre, il y a une vieille tradition d’achat des voix en Colombie. Devant des bureaux de vote, certains m’on dit qu’ils avaient vu un petit guichet où l’on vient retirer quelques pesos contre une promesse de vote. Santos en a certainement bénéficié. D’autres m’ont expliqué comment des programmes gouvernementaux ont pu servir à acheter des voix : on effraye les bénéficiaires de programmes sociaux en leur disant "Si vous ne votez pas Santos, les allocations seront supprimées."

Quelle sera la stratégie de Mockus durant ces vingt jours qui nous séparent du second tour ?
ACGE : Il ne faut pas surestimer l’importance des alliances qui peuvent être conclues entre les deux tours. A mon avis, un accord peut être trouvé entre le Parti vert et le Pôle démocratique et alternatif (gauche) de Gustavo Petro, mais est-ce qu’il sera suffisant pour peser face à Santos, qui bénéficie de l’énorme popularité du président Uribe ?
Alors pendant ces trois semaines, au-delà des alliances, je pense que la stratégie de Mockus devrait être d’adopter un message plus clair sur le programme et les propositions, de parler de santé, d’éducation… mais concrètement ! Il doit aussi revoir sa communication, car on lui a souvent reproché d’être confus. Il devra aussi motiver le vote des jeunes, qui n’a pas été suffisant par rapport à ce que l’on espérait, alors que les jeunes sont le cœur de cible de Mockus.

Première publication : 31/05/2010

  • COLOMBIE

    Largement en tête, le dauphin d’Uribe fait mentir les sondages

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Pour qui et pour quoi votent les Colombiens ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)