Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Afrique

L'affréteur du Probo Koala finalement jugé aux Pays-Bas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/06/2010

L'affaire avait secoué la Côte d'Ivoire en 2006, lorsque la cargaison toxique du cargo Probo Koala avait été déchargée sauvagement à Abidjan, faisant 17 morts et des milliers d'intoxication. Le procès de l'affréteur, Trafigura, s'ouvre à La Haye.

AFP - L'escale du cargo Probo Koala aux Pays-Bas où aurait dû être déchargée en 2006 sa cargaison de déchets toxiques, finalement épandue quelques semaines plus tard en Côte d'Ivoire, est au coeur d'un procès qui s'ouvre mardi à Amsterdam.

L'affréteur du cargo, Trafigura, comparaît pour la première fois : des accords à Londres et Abidjan avaient entraîné l'abandon des poursuites contre la multinationale pour le déversement des déchets qui avait fait, selon la justice ivoirienne, 17 morts et des milliers d'intoxications.

Trafigura, un de ses employés, le capitaine ukrainien du Probo Koala, la société Amsterdam Port Services (APS) chargée du traitement des déchets, son ancien directeur et la ville d'Amsterdam, gestionnaire du port, sont poursuivis pour les faits aux Pays-Bas.

Trafigura encourt une amende de 1,34 millions d'euros

La multinationale, qui affirme être le troisième négociant mondial en produits pétroliers, et son salarié Naeem Ahmed, 43 ans, sont jugés pour infraction à la législation sur les importations et exportations de déchets, infraction à la législation sur la protection de l'environnement et faux en écriture.

"Trafigura savait que les déchets pouvaient être dangereux pour la santé ou l'environnement mais ils n'ont rien dit", a déclaré à l'AFP Esther Schreur, porte-parole du parquet néerlandais, selon laquelle la société encourt une amende de 1,34 million d'euros.

Trafigura soutient de son côté que, en vertu d'une convention internationale, il n'était pas nécessaire de préciser la nature des déchets, des slops (résidus de nettoyage des cales) issus de la purification de combustible, car ceux-ci avaient été produits en mer.

Naeem Ahmed risque jusqu'à 21 ans de prison et une amende de 134.OOO euros, comme le capitaine du cargo, Sergiy Chertov, 46 ans, accusé d'avoir menti sur la nature des slops, selon l'accusation.

La ville d'Amsterdam ainsi qu'APS et son ancien directeur sont jugés pour infraction à la législation sur la protection de l'environnement.

"Ils auraient dû savoir que les déchets étaient dangereux mais ils n'ont rien fait pour empêcher leur exportation. Ils auraient dû le faire", a soutenu Mme Schreur.

Le Probo Koala avait accosté le 2 juillet 2006 dans le port d'Amsterdam où ses slops devaient être traités. Mais l'opération avait été annulée car APS avait demandé un prix de traitement trente fois supérieur à celui convenu, les slops s'avérant plus toxiques qu'annoncé. Le cargo était reparti trois jours plus tard.

185 millions d'euros pour éviter un procès

Trafigura avait conclu en février 2007 un accord avec l'Etat ivoirien sur une indemnisation globale de 152 millions d'euros. Un accord portant sur une indemnisation de 33 millions d'euros avait été signé à Londres le 19 septembre 2009 entre la multinationale et les avocats de quelque 31.000 plaignants.

Les deux parties avaient signé une déclaration commune selon laquelle un rapport d'experts indépendants n'avait pas pu établi de lien entre l'exposition aux produits chimiques émanants des résidus du cargo et les intoxications.

Le patron de la société qui avait déversé les slops dans des décharges autour d'Abidjan avait été condamné en octobre 2008 à 20 ans de prison.

Première publication : 01/06/2010

COMMENTAIRE(S)