Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 000 experts du Sida et pas de président Macron

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

EUROPE

Une organisation controversée à l’origine de la flottille pour Gaza

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 02/06/2010

L'ONG turque IHH qui a organisé le convoi attaqué lundi, est soupçonnée d'avoir des liens avec des extrémistes islamiques. Elle se présente comme une simple organisation humanitaire de défenses des droits de l'homme.

Soutien actif de mouvements terroristes, simple ONG humanitaire ? L’organisation turque à l’origine du convoi attaqué lundi par l'armée israéliennes suscite nombre d’interrogations.

L’IHH (Foundation for Human Rights, Liberties, and Humanitarian Relief) se présente comme une organisation d’inspiration islamique dont le but est d’apporter aide et soutien à des musulmans dans des zones de guerre ou de tensions. Elle est aujourd’hui très active dans les territoires palestiniens et dispose même d’une antenne à Gaza.

Cette ONG a été fondée dans les années 1990 en Turquie pour venir en aide aux musulmans bosniaques, victimes de la guerre en ex-Yougoslavie. Par la suite, les convois de l’IHH réussissent souvent à atteindre des zones de conflits jugées inaccessibles, comme la Tchétchénie, les territoires reculés de l’Afghanistan ou encore l'Irak.

"Couverture"

Mais très vite, les autorités s’intéressent à ce qu’il pourrait y avoir derrière la vitrine humanitaire de l’IHH. Dès 1997, les forces de sécurité turques effectuent plusieurs descentes dans les bureaux stambouliotes de l’ONG. Ils y découvrent des armes et des tracts qui sembleraient indiquer que certains membres, sous couvert de missions humanitaires, rejoignent les rangs de combattants en Bosnie ou encore en Tchétchénie.

Jean-Louis Bruguière –alors juge spécialisé dans la lutte anti-terroriste– s’est également intéressé au cas de l’organisation. Dans un rapport publié en 2006 par l’Institut danois d’études internationales, le spécialiste américain du terrorisme Evan F. Kohlmann note que le magistrat français soupçonne le président de l’IHH, Bulent Yildrim, de "faire du recrutement pour le Jihad". En 2000, lors du procès à Seattle du terroriste islamique Ahmed Ressam, Jean-Louis Bruguière a même estimé que l’IHH n’était qu’une "couverture pour permettre à des moudjahidins de rejoindre le front en Afghanistan".

Des allégations qui n’ont jamais empêché l’IHH de continuer à opérer depuis la Turquie. L’ONG entretient d’ailleurs de bons rapports avec le parti au pouvoir actuellement, les islamistes modérés de l’AKP. En 2009, elle avait organisé plusieurs collectes de fonds pour la cause palestinienne dans des villes dirigées par le parti du Premier ministre Recep Erdogan. L’IHH a déjà, par le passé, organisé des convois à destination de Gaza. Peu avant le départ de la flottille Free Gaza, Bulent Yildrim avait fait savoir lors d’une conférence de presse qu’il estimait qu’il s’agissait d’un "test" pour Israël.

Première publication : 01/06/2010

COMMENTAIRE(S)