Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad au 20H

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du sud : l'armée déployée pour faire face aux violences xénophobes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le plan de Hollande pour l'emploi des jeunes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

Moyen-orient

L'ONU condamne le raid israélien au large de Gaza et demande une enquête

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/06/2010

Le Conseil de sécurité réclame une enquête "rapide, impartiale, crédible et transparente" après l'assaut meurtrier de Tsahal contre un bateau de militants pacifistes. L'ONU réclame également la libération immédiate des civils détenus par Israël.

AFP - Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé mardi une enquête sur l'intervention militaire israélienne lundi contre une flottille pro-palestinienne chargée d'aide humanitaire pour Gaza, ainsi que la libération immédiate des navires et des civils détenus.

Le Conseil "appelle à lancer sans retard une enquête impartiale, crédible et transparente conforme aux critères internationaux", dans une déclaration lue en son nom mardi matin par son président en juin, l'ambassadeur du Mexique Claude Heller.

Le Conseil "réclame la libération immédiate des navires ainsi que des civils détenus par Israël", poursuit la déclaration, qui est non contraignante mais a nécessité l'unanimité des 15 membres du Conseil pour être adoptée.

Il "exhorte Israël à permettre aux pays concernés un accès consulaire afin de récupérer les corps des victimes et les blessés".

"La situation à Gaza n'est pas tenable"

Le Conseil "regrette profondément les pertes en vies humaines et les blessures ayant résulté de l'usage de la force durant l'opération militaire israélienne dans les eaux internationales contre le convoi se dirigeant vers Gaza", ajoute le texte.

"Dans ce contexte, il condamne les actes qui ont résulté en la perte d'au moins dix vies humaines et fait de nombreux blessés".


Le Conseil "souligne que la situation à Gaza n'est pas tenable", ajoute la déclaration.

Il réitère l'importance d'une pleine mise en oeuvre de ses résolutions 1850 et 1860. La 1860, du 8 janvier 2009, demandait que l'aide humanitaire "soit fournie et distribuée sans entrave dans tout Gaza".

"Il souligne la nécessité d'un flux soutenu et régulier de biens et de personnes vers Gaza, et de la fourniture et distribution sans entrave d'aide humanitaire dans tout le territoire".

"Le Conseil souligne que la seule solution viable du conflit israélo-palestinien réside dans un accord négocié entre les parties et réitère que seule une solution à deux Etats, avec un Etat palestinien indépendant et viable vivant en paix et en sécurité à côté d'Israël et des autres voisins, peut apporter la paix à la région".

Enfin, "le Conseil exprime son soutien aux discussions de proximité (les négociations indirectes entre Israël et les Palestiniens sous l'égide des Etats-Unis, ndlr) et exprime sa préoccupation du fait que cet incident survient alors que ces discussions sont en cours".

"Il exhorte les parties à faire preuve de retenue et à éviter tout acte unilatéral et de provocation".

Washington a ralenti l'adoption de la résolution onusienne

La déclaration a été adoptée à l'issue d'une séance du Conseil qui a duré plus de 12 heures.

Selon des diplomates, un désaccord entre la Turquie, rédactrice du projet de texte, et les Etats-Unis, traditionnels protecteurs d'Israël à l'ONU, a empêché une adoption plus rapide de la déclaration.

Le texte initial visait à obtenir une condamnation explicite d'Israël pour avoir lancé l'assaut de la flottille qui a résulté en la mort d'au moins neuf civils.

Les négociations sur le texte ont fait suite à un débat public au Conseil, lors duquel Israël a été mis sur la sellette et vivement attaqué par la Turquie, pays d'où était partie la flottille et dont de nombreux ressortissants étaient à bord des navires arraisonnés.

 

Compte tenu de la violence de certains propos publiés sur le site après l'attaque de la flottille d'aide internationale qui se rendait à Gaza, France 24 a décidé de provisoirement désactiver la fonction "commentaires" sur les pages traitant de ce sujet.

 

Première publication : 01/06/2010

  • PROCHE-ORIENT

    "Nous n'avons aucune nouvelle de nos militants depuis l'assaut israélien"

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    "Cette crise marque un tournant dans les relations turco-israéliennes"

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Pour le Premier ministre turc, Israël doit être "absolument puni"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)