Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 07/06/2010

Les espions des Carpates

La Roumanie s'inscrit sur la carte du renseignement militaire de l’OTAN. Il y a un mois et demi, le pays a ouvert un centre de formation des futurs espions de l'Alliance Nord Atlantique. France 24 a été la première télévision à pouvoir le visiter.

C’est au nord-ouest de la Roumanie, à Oradea, une petite ville tranquille, que l’OTAN s’apprête à former ses futurs espions. Au centre HUMINT (Human Intelligence) on ne rigole pas. L’accès des journalistes est très encadré. C’est la première fois que cet établissement du renseignement militaire ouvre ses portes aux journalistes. "Les militaires des pays de l’OTAN sont formés dans ce centre pour partir dans les zones de conflit où nous sommes impliqués comme le Kosovo et l’Afghanistan", affirme le colonel Eduard Simion, chef du centre HUMINT.

Il s’agit en effet du seul endroit où s’entraînent les futurs espions militaires de l’OTAN. Ses soldats sont formés pour dénicher les informations stratégiques dans les zones de conflit. Un travail de fourmi qui se joue en coulisses et qui fait souvent la différence. " Notre centre a l’ambition de devenir une référence du renseignement militaire au sein de l’OTAN", affirme Eduard Simion.

Quelle ironie de l’histoire ! Pendant près de cinquante ans la Roumanie a été la bête noire de l’Occident. L’antenne des services secrets de la Securitate, la police politique du régime, a été crainte en Europe de l’Ouest comme aux Etats-Unis. " Si les Roumains ont eu du succès, c’est parce qu’ils ont surtout misé sur les relations humaines, explique Ion Ioana, qui a travaillé plus de vingt ans dans le contre-espionnage avant et après la chute du régime de Ceausescu. Nous n’avons pas eu du matériel très sophistiqué comme à l’Ouest. Pourtant nous pouvons apprendre des choses aux Occidentaux. Vous savez, même si on ne veut pas le reconnaître, les résultats de nos services de renseignements ont été très bons".

Traumatisée par l’invasion soviétique et un demi-siècle de dictature communiste la Roumanie cherche depuis près de vingt ans la protection des Occidentaux. Depuis quelques années le président Traian Basescu a réussi à faire intégrer son pays dans les hautes sphères de l’OTAN et s’est montré l’un des alliés les plus fidèles des Américains. Il a donné le feu vert à Washington pour ouvrir quatre bases militaires et installer un bouclier antimissile sur les bords de la mer Noire. A Oradea la présence de l’OTAN rassure. " Ce centre va attirer des étrangers qui vont venir s’entraîner ici, affirme Richard Balint, acteur au théâtre d’Oradea. Et ça c’est bien pour notre ville". La petite cité transylvaine, réputée pour sa tranquillité, s’enorgueillit aujourd’hui de la place qu’elle occupe sur la carte de l’espionnage mondial.
 

 Invités de l'émission :

  • André TARRAT, expert international, spécialiste du renseignement et de la coopération internationale
  • Mirel BRAN, correspondant à France 24 en Roumanie, par téléphone de Bucarest (Roumanie)

Émission préparée par Kate Williams, Marie Billon et Patrick Lovett

Par Mirel BRAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

31/07/2014 Birmanie

Birmanie : la transition démocratique piétine

Les élections générales en Birmanie sont prévues pour dans quelques mois, un an tout au plus. Mais trois ans après le coup de théâtre qui a mis fin à un demi-siècle d’oppression...

En savoir plus

30/07/2014 Justice

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

Avec plus de 150 000 détenus, l’État de Californie détient le nombre de prisonniers plus important du pays, ainsi que le taux de récidive le plus haut avec 65 %. Les prisons sont...

En savoir plus

29/07/2014 Islam

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

Au Pakistan, la minorité ahmadie se considère musulmane, mais ses membres sont jugés comme hérétiques par nombre de Pakistanais, puisqu'ils reconnaissent un prophète après...

En savoir plus

28/07/2014 Carrefour

Inde : Carrefour jette l’éponge

Début juillet, le groupe français de grande distribution Carrefour a annoncé sa décision de quitter le marché indien, en fermant d’ici fin septembre les cinq magasins de ventes...

En savoir plus

25/07/2014 Réfugiés syriens

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

Depuis le début du conflit, plus d’un million de Syriens ont trouvé refuge en Turquie. Une situation qui exaspère de plus en plus de Turcs, qui reprochent au gouvernement sa...

En savoir plus