Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Moyen-orient

Israël expulse 250 ressortissants étrangers arrêtés lors de l'assaut

Vidéo par Hélène DROUET

Texte par Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 02/06/2010

Israël a commencé à expulser 250 personnes sur les 600 activistes étrangers arrêtés lundi après l'assaut de Tsahal contre la flottille d'aide internationale qui se rendait à Gaza. Les autres devraient être renvoyés dans leur pays d'ici 48h.

Alors que les condamnations internationales se succèdent deux jours après le raid

israélien meurtrier contre un convoi international au large de la bande de Gaza, Israël a accepté d'expulser la totalité des quelque 600 militants arrêtés après l'assaut et détenus dans une prison du sud du pays. Selon la radio militaire israélienne, près de 250 personnes sont en route, ce mercredi matin, pour leur pays d'origine.

"Une cinquantaine des quelque 300 passagers turcs présents sur la flottille sont en cours d'expulsion vers leur pays, précise Gallagher Fenwick, notre correspondant à Jérusalem. Ils partent tous de l'aéroport Ben Gourion à Tel Aviv, où Ankara a envoyé des avions. D'autre part, 124 ressortissants de pays arabes ont été reconduits à la frontière grâce à un accord signé avec la Jordanie. Concernant les ressortissants occidentaux, nous ne savons pas encore comment cela va se passer. Mais le gouvernement a annoncé que d'ici 48 heures, tous les passagers de la flottille seraient hors d'Israël."

"Un déploiement de force inimaginable"

Huit ressortissants français doivent être expulsés. "Nous n'avons aucune information ni confirmation sur leur retour pour l'instant, indique Adnane Ben Youssef, de la Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien (CCIPPP). Sept Français devraient arriver à Paris, le dernier ressortissant qui a pris part au convoi et qui a une double nationalité devrait, lui, aller en Irlande."

Sur RTL, le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a assuré ce mercredi matin que les militants français allaient "sortir très vite". "Nous les avons visités. Ils sont dans des conditions très acceptables. Le consul de France a déjeuné avec eux hier", a-t-il précisé.

Un premier ressortissant français, Youssef Ben Derbal, membre du Comité de bienfaisance et de secours aux Palestiniens, est arrivé mardi à Paris après avoir accepté son rapatriement volontaire.

"J'ai été incarcéré, ce qui m'a profondément choqué. J'estime qu'en tant qu'humanitaires, nous n'avons pas à être traités de la sorte, déclare-t-il à FRANCE 24. Il n'a jamais été question d'engager un bras de fer et encore moins une confrontation avec Israël. Les Israéliens ont commis une violation flagrante du droit en nous interceptant dans les eaux internationales. Il y a eu un déploiement de force inimaginable, nous avons fait l'objet de brutalités. Un autre Français m'a dit qu'il s'était retrouvé avec un fusil d'assaut M16 pointé sur lui avant de recevoir un coup sur la mâchoire."

"Un retour en arrière" d'Israël

Israël accuse les activistes qui se trouvaient sur le bateau turc Mavi Marmara d'avoir

ISRAËL SOUS PRESSION

attaqué violemment les commandos israéliens, obligeant les soldats à ouvrir le feu. Les militants affirment au contraire que les commandos se sont mis à tirer sans justification.

Cette opération a suscité une vague de protestations internationales. Sans critiquer explicitement Israël, dont ils sont l'allié traditionnel, les Etats-Unis ont appuyé la condamnation faite par l'ONU. La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a ajouté que la situation à Gaza était "inacceptable" et ne pouvait "pas durer". Mardi, le Conseil de sécurité de l'ONU a réclamé une enquête "rapide, impartiale et crédible" sur l'assaut.

Pour tenter de se soustraire à cette pression internationale, Israël a donc décidé de libérer l'ensemble des militants. "Cette annonce marque un énorme changement de cap dans l'attitude des autorités israéliennes, indique Gallagher Fenwick. C'est un énorme retour en arrière car les autorités israéliennes faisaient jusqu'ici porter toute la responsabilité aux militants pro-palestiniens, qu'elle suspecte d'avoir attaqué les commandos israéliens."


 

Première publication : 02/06/2010

  • PROCHE-ORIENT

    À Gaza, le blocus dure depuis plus de 1 000 jours

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Une organisation controversée à l’origine de la flottille pour Gaza

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Après l'assaut de la flottille humanitaire, deux versions des faits s'opposent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)