Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

Moyen-orient

Les militants de la flottille accueillis en héros à Istanbul

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 04/06/2010

Des centaines d’activistes de la flottille sont arrivés tôt ce matin à Istanbul, où ils ont été accueillis triomphalement. Les corps des neufs militants tués lors de l’assaut israélien ont également été rapatriés.

Les neuf militants ont tous été tués par balle

Les corps des neuf militants tués lors de l'assaut israélien contre la flottille d'aide internationale ont été transférés à l'institut médico-légal d'Istanbul. Selon les médecins légistes, ils ont tous été tués par balle dont l'un à bout portant. Il s'agit de huit Turcs et d'un Américain d'origine turque.

 

 

La quasi-totalité des quelque 700 activistes a été expulsée d'Israël, plus de 450 militants étant arrivés très tôt ce matin à Istanbul, à l'exception de sept blessés. Des experts et des médecins légistes ont déterminé que huit Turcs et un Américain d'origine turque ont été tués par balle lors du raid.

Les corps des victimes ont été transférés tôt dans la matinée à l'institut de médecine-légale d'Istanbul. Des impacts de balle ont été trouvés sur tous les corps et l'un des activistes a été tué à bout portant, ont indiqué les médecins légistes.

Les avions transportant les activistes sont eux arrivés "vers 2 heures du matin à Istanbul, avec beaucoup de retard", raconte Assia Shehab, notre correspondante à Istanbul. "Il y avait environ un millier de personnes à l'aéroport, surtout des proches. Les activistes avaient l'air choqué", explique la journaliste. "Nous avons été apeurés, effrayés, enlevés et attaqués avec des navires de guerre pendant que nous apportions de l'aide au peuple de Gaza dans le besoin", raconte à sa descente de l'avion Mustafa Ahmet, un citoyen britannique d'origine turque.

Slogans anti-israéliens

Une vingtaine de blessés ont été emmenés à Ankara à bord de trois avions médicalisés alors que le président de l'IHH, l'organisation turque qui a organisé la flottille, dit être toujours sans nouvelles de plusieurs militants.

Dans la soirée de mercredi, un grand rassemblement a réuni près de 10 000 personnes dans le centre-ville d'Istanbul. "L'ambiance était assez festive, il y avait des drapeaux turcs et palestiniens, précise Assia Shehab. La foule s'est dispersée après minuit."

"On attend maintenant les funérailles des quatre activistes turcs qui ont été tués lors de l'assaut, leurs corps sont arrivés hier soir, poursuit-elle. Elles devraient avoir lieu très rapidement, ce jeudi ou vendredi. Il pourrait y avoir de nouvelles démonstrations de colère à ce moment-là. Le gouvernement étudie toujours la possibilité d'un recours judiciaire contre Israël, selon le droit turc ou international, mais autrement il essaie de faire retomber la tension. Il avait posé un ultimatum à Israël pour que tous les ressortissants turcs soient de retour hier soir, et ça a été le cas."

Dans la nuit, une trentaine d'activistes grecs et trois Français ont atterri à Athènes, en Grèce. Une trentaine d'Algériens ayant participé à la flottille sont eux arrivés à Alger, en provenance d'Amman. A chaque fois, ces

activistes ont été accueillis par des manifestants criant des slogans anti-israéliens. Mardi soir, Israël avait promis que la totalité des activistes arrêtés après l'assaut seraient libérés et expulsés sous 48 heures. "Le Premier ministre Benjamin Netanyahou est intervenu pour accélérer ces extraditions alors qu'une procédure est toujours en cours à la Cour suprême israélienne, explique Gallagher Fenwick, notre correspondant à Jérusalem. Des associations de droite voulaient que ces expulsions soient retardées pour que les militants soupçonnés d'avoir attaqué les commandos israéliens puissent être poursuivis."

Mercredi soir, Benjamin Netanyahou a justifié le raid israélien, affirmant que le convoi était "une opération terroriste".

Briser le blocus "par tous les moyens"

Jeudi matin, Israël a rejeté la résolution du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies approuvant la mise en place d'une "mission d'enquête internationale" sur le raid. Cette instance n'a aucune "autorité morale", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ygal Palmor. De son côté, Washington a indiqué mercredi que l'Etat hébreu devait mener lui-même l'enquête "crédible et impartiale" exigée par le Conseil de sécurité de l'ONU pour éclaircir les conditions de l'assaut et de la mort d'au moins neuf activistes. "Nous pensons qu'Israël est le mieux placé pour diriger cette enquête", a déclaré le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley.

Le vice-président américain, Joe Biden, a, lui, réaffirmé le droit d'Israël à intercepter des navires au large de Gaza et à "protéger ses intérêts" "pour des raisons de sécurité". Il a indiqué que le sort des Gazaouis "préoccupait" les Etats-Unis, allié traditionnel d'Israël.

Au cours d'une réunion extraordinaire au Caire mercredi soir, la Ligue arabe a annoncé sa décision de "briser" le blocus israélien imposé à la bande de Gaza "par tous les moyens". En coordination avec la Turquie, les pays arabes devraient demander au Conseil de sécurité des Nations unies d'adopter une résolution contraignant Israël à lever ce siège.

Par ailleurs, un autre navire chargé d'aide humanitaire, le Rachel Corrie, avec à son bord une quinzaine de personnes se présentant comme des pacifistes, est en route vers Gaza. "Le bateau serait entre Chypre et la Lybie, et son arrivée serait prévue samedi, indique Gallagher Fenwick. Il y a beaucoup de nervosité ici de peur que le scénario ne se répète."
 

Première publication : 03/06/2010

  • DIPLOMATIE

    Israël-Turquie : la rupture

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Une organisation controversée à l’origine de la flottille pour Gaza

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Après l'assaut de la flottille humanitaire, deux versions des faits s'opposent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)