Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Algérie : onze soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Plusieurs morts dans une fusillade à Slaviansk, dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

Moyen-orient

Israël-Turquie : la rupture

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/06/2010

Longtemps placées sous le signe d’une entente cordiale, les relations entre Israël et la Turquie sont aujourd’hui très tendues. Retour sur dix ans d’un partenariat stratégique récemment mis à mal.

La Turquie a longtemps été le principal allié d’Israël au Moyen-Orient. En 1949, la Turquie a été le premier pays à majorité musulmane à reconnaître l’État d’Israël. Les deux pays tissent alors au fil des années des relations économiques, diplomatiques et militaires poussées. En 1966, un traité militaire les rapproche encore un peu plus, offrant notamment la possibilité à l’armée israélienne d’utiliser l’espace aérien turc pour ses entraînements.

Mais ce partenariat amical est remis en cause depuis quelques années. En 2008, l’offensive israélienne à Gaza jette un coup de froid entre les deux pays, avant que l'assaut meurtrier de l'armée israélienne contre la flottille d'aide internationale au large de Gaza ne vienne les brouiller pour de bon. Retour sur dix ans de relations israélo-turques.


Janvier 2000 :

Un accord de libre-échange est signé entre Israël et la Turquie, le premier du genre entre l’État hébreu et un pays majoritairement musulman. En février 2009, une étude du journal israélien "Haaretz" indique que la Turquie importe pour 1,5 milliard de dollars de produits israéliens, tandis que les importations israéliennes en provenance de Turquie s’élèvent à 1 milliard de dollars.

Novembre 2002 :

Le parti islamo-conservateur AKP arrive au pouvoir et se présente comme un médiateur dans le conflit israélo-palestinien.

Février 2006 :

Le président turc Abdullah Gül reçoit à Ankara le leader du Hamas Khaled Meshaal un mois après que le mouvement islamiste a remporté les élections dans la bande de Gaza. La Turquie justifie cette visite controversée en indiquant qu’elle joue son rôle de médiateur entre Israël et les Territoires palestiniens.

Mai-Décembre 2008 :

La Turquie accueille cinq séries de négociations entre Israël et la Syrie. Les discussions sont brutalement interrompues par le lancement d’une offensive israélienne majeure dans la bande de Gaza.

Décembre 2008 :

Israël lance une attaque subite et meurtrière dans la bande de Gaza. L’opération, baptisée "Plomb durci", dure trois semaines et entame sérieusement les relations israélo-turques. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, parle de "crime contre l’humanité".

Janvier 2009 :

Erdogan quitte précipitament le Forum mondial de Davos après une altercation avec le président israélien Shimon Peres. “Quand il s’agit de tuer, vous savez vous y prendre. Je sais comment vous frappez et tuez des enfants sur les plages”, lance Erdogan, faisant référence aux enfants morts au cours de l’offensive dans la bande de Gaza.

Janvier 2010 :

En réaction à une série télévisée diffusée en Turquie et jugée antisémite, un secrétaire d’État attaché au ministère israélien des Affaires étrangères humilie l’ambassadeur turc à la télévision en le faisant s’asseoir sur un fauteuil placé en contrebas lors de leur entretien. Les images de la scène provoquent l’indignation d’une partie de la classe politique turque.

25 mai 2010 :

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, qualifie d'"imposture" l'accord nucléaire signé par l'Iran sous l’égide de la Turquie et du Brésil. Il stigmatise un accord sans fondements qui a pour but, selon lui, d’éviter à l'Iran de se voir infliger des sanctions internationales

31 mai 2010 :

La Turquie demande une réunion en urgence du Conseil de sécurité de l’ONU après l’attaque par Israël d’une flottille internationale chargée d’aide humanitaire à destination de la bande de Gaza. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, condamne "de la manière la plus forte […] cette attaque insolente et irresponsable qui piétine toute vertu humaine et doit absolument être punie". Le ministère des Affaires étrangères publie de son côté un communiqué dans lequel il indique que l’incident "peut entraîner des conséquences irréparables" sur les relations israélo-turques.
 

Première publication : 03/06/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)