Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

LE DÉBAT

Clinton – Trump : un duel décisif ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

FRANCE

Arrivée à Paris de six militants français de la flottille "Free Gaza"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 03/06/2010

Six des neuf Français qui étaient à bord du convoi attaqué lundi par Tsahal ont débarqué ce jeudi à l'aéroport de Roissy. Interrogés dès leur arrivée, ces militants pro-palestiniens ont tous fustigé la "violence" des soldats durant l'assaut.

18 h 35, heure de Paris, les trois derniers ressortissants français de la flottille "Free Gaza" arrivent au terminal 1 de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. 18 h 45, les militants pro-palestiniens ont disparu. Les CRS, en combinaison anti-émeute, les ont promptement raccompagnés sans qu’ils aient eu le temps de faire une déclaration à la presse.

Dans l’assistance venue les accueillir, quelques "Vive la Palestine" fusent, tandis qu’Ahmed Oumimoun, Mouloud Bouzidi et Thomas Sommer-Houdeville sortent à la hâte. La journée du "grand retour" que beaucoup de militants pro-palestiniens attendaient depuis hier vient de prendre fin dans la précipitation.

Quelques heures plus tôt, vers 17 h, l’ambiance était différente. Lors de l’arrivée des trois premiers membres français de l’équipage du convoi international qui a tenté de forcer le blocus de Gaza, les policiers se sont montrés moins expéditifs. Salah Berbagui, Mounia Cherif et Miloud Zenasni ont eu tout le loisir de décrire aux journalistes "l’extrême violence et le caractère disproportionné" du raid israélien. Après les retrouvailles, la jeune Mounia Cherif, membre du Comité de bienfaisance et de secours aux Palestiniens (CBSP), a précisé à la presse que les soldats israéliens avaient "utilisé des matraques et des tasers" sur les membres des ONG.

"Pas de balles réelles"

Parmi les Français du deuxième vol, Thomas Sommer-Houdeville, membre de la Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien (CCIPPP), a précisé à l’AFP que les Israéliens "n’ont pas tiré à balles réelles, mais ont agi avec une grande violence".

Mercredi, neuf ressortissants français appréhendés par les Israéliens ont quitté le pays en direction de la Turquie et de la Grèce. Selon Youssef Benderbal, un autre activiste présent sur la flottille rentré quant à lui dès mardi, l’un des trois derniers français encore à l’étranger se trouvait encore en Turquie ce jeudi. De son côté, le ministère des Affaires étrangères assure qu’ils peuvent rentrer "dès qu’ils le souhaitent".
 

Première publication : 03/06/2010

  • PROCHE-ORIENT

    Israël justifie son raid en accusant des "terroristes" d’avoir attaqué ses soldats

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Les militants de la flottille accueillis en héros à Istanbul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)