Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

EUROPE

Le pays sous le choc après la fusillade dans la région des Lacs

Vidéo par Marion GAUDIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/06/2010

L'Angleterre est toujours en émoi au lendemain de l'une des pires tueries de ces dernières décennies au Royaume-Uni. Derrick Bird, le tireur, était selon les dires de ses proches un "type gentil" et sans histoires.

AFP - Pour ses proches sous le choc, Derrick Bird, un artisan taxi de 52 ans auteur d'une des pires tueries de ces dernières décennies au Royaume-Uni, était un "type gentil" et sans histoire.

Ce père de deux enfants, divorcé, était surnommé "Birdy" par ses amis et collègues qui le décrivent comme un homme tranquille, amical et réservé, et disent ne pas comprendre comment il a pu être pris d'un terrible accès de violence.

Derrick Bird s'est lancé mercredi dans une équipée meurtrière dans la région touristique des Lacs (nord-ouest) tuant 12 personnes par balles et faisant 11 blessés, avant de se donner la mort.

La police tentait de déterminer ce qui a pu pousser cet homme effacé, qui n'avait pas de problèmes psychologiques connus des autorités médicales, à se lancer dans cette attaque.

Certains médias ont suggéré que le Britannique était en conflit avec sa famille, se sentant lésé par le testament de sa mère. La police a confirmé que l'avocat de la famille, Kevin J. Commons, était au nombre des victimes, et le Times ajoute que Derrick Bird aurait aussi tué son frère jumeau David.

Plusieurs autres journaux ont aussi fait état d'une querelle avec d'autres chauffeurs de taxi dans la petite ville de Whitehaven la veille.

Derrick Bird avait deux fils adultes, et était devenu grand-père il y a deux semaines.

Son ex-épouse, dont il s'est séparé dans les années 1990, vivrait aux alentours, dans le village de Lamplugh, où réside aussi l'un de ses frères.

Les habitants de la région ont exprimé leur choc en apprenant que le tueur était cet homme tranquille et travailleur, qui vivait seul dans le village de Rowrah, aimait s'occuper de sa voiture, la plongée et les vacances à l'étranger.

"C'était juste un gars normal", a souligné Michelle Haigh, propriétaire du pub The Hound Inn où il avait ses habitudes.

"C'est un type sympa, que rien ne distinguait. Il venait au pub boire quelques bières, discuter avec ses amis et rentrait à la maison. Cela ne correspond pas au Derrick Bird que l'on connaît".

"Je le connaissais depuis 15 ans. Il était toujours agréable, prenait toujours le temps de dire bonjour", a ajouté Ryan Dempsey, un voisin âgé de 26 ans.

"D'après moi ça ne lui correspond pas du tout. Je ne l'ai jamais vu de mauvaise humeur".

M. Dempsey a souligné qu'il n'avait jamais vu le chauffeur de taxi avec une arme, notant cependant que dans cette région rurale la chasse était courante.

Sue Matthews, employée à la société de taxis A2B de Whitehaven, où plusieurs victimes ont été tuées, s'est également déclarée abasourdie: "C'était un gars très tranquille. Je suis complètement sous le choc".

Le révérend John Bannister, pasteur de Whitehaven, a noté que Derrick Bird n'avait "pas de passé" troublé et "avait mené une vie tranquille" jusqu'à présent.

Première publication : 03/06/2010

COMMENTAIRE(S)