Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

Moyen-orient

Israël ne laissera pas le "Rachel-Corrie" atteindre Gaza

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/06/2010

Tel-Aviv réaffirme qu'il ne laissera pas le navire irlandais, qui transporte de l'aide internationale à destination de Gaza, pénétrer dans les eaux de l'enclave palestinienne. L'équipage a annoncé qu'il n'opposerait pas de résistance en cas d'assaut.

REUTERS - Le navire Rachel Corrie, qui transporte une cargaison d'aide pour Gaza convoyée par une quinzaine de militants propalestiniens continuait à faire route résolument jeudi vers le territoire palestinien soumis au blocus israélien.

A bord figure l'Irlandaise Maired Corregan-Maguire, lauréate du prix Nobel de la paix en 1976.

L'ancien navire marchand, rebaptisé du nom d'une militante pacifiste américaine tuée par un bulldozer israélien en 2003 à Gaza, devrait atteindre les eaux de Gaza samedi matin si Israël le laisse y pénétrer, ce dont il n'a pas l'intention.

Chargé de matériel médical, de fournitures scolaires et de ciment - un matériau interdit par Israël - le bateau irlandais a appareillé de Malte le jour même de l'abordage sanglant par la marine de la flottille internationale d'aide à laquelle il n'avait pas eu le temps de se joindre.

Malgré cette opération, qui a fait neuf morts parmi les militants propalestiniens qui se

trouvaient à bord de la flottille, le propriétaire irlandais et membre d'équipage du
Rachel, Derek Graham, a fait part jeudi de sa détermination à maintenir le cap sur Gaza.

Il a déclaré à Reuters par téléphone que tout le monde à bord était "bouleversé de ce qui est arrivé" lundi mais ausi "plus que jamais résolu à continuer vers Gaza". "Nous nous
attendons à être à Gaza vendredi soir ou tôt samedi matin."

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a affirmé sur Radio-Israël que le navire ne serait pas autorisés à briser le blocus. "Le Rachel Corrie n'atteindra pas Gaza", a-t-il prévenu.

Une mission soutenue par l'Irlande

Israël a proposé d'escorter le bâtiment et de délivrer lui-même la cargaison du bateau, qui se trouve encore à 280 milles de Gaza, et précisé que l'Egypte avait formulé une
proposition analogue.

Mais Graham a déclaré craindre que toute la cargaison ne parvienne pas dans ce cas à ses destinataires. Graham a suggéré plutôt que l'escorte éventuelle soit placée sous la bannière de l'Onu, qui réclame la levée du blocus, tout en admettant ignorer si une telle hypothèse était envisagée.

"Nous sommes prêts à ce que l'Onu vienne inspecter la cargaison et nous accepterions une escorte des Nations unies", a-t-il dit.

En cas d'abordage par les Israéliens, Graham, qui est membre du Mouvement Gaza libre et a reçu le soutien du gouvernement irlandais, a déclaré que lui et ses coéquipiers n'opposeraient pas de résistance, pour montrer qu'ils "ne sont pas des gens aggressifs".

Les autorités de Dublin on fait savoir qu'elles maintenaient le contact avec le navire, immatriculé au Cambodge, et souligné qu'il devait être autorisé à mener à bien sa mission sans entraves.

Les autorités irlandaise "nous soutiennent fermement ainsi que l'ensemble de l'initiative", a déclaré Graham. Mais, "elles sont préoccupées car nous sommes des ressortissants irlandais".

Greta Berlin, porte-parole du Mouvement Gaza libre, qui ne se trouve pas sur le bateau, a déclaré que Rachel Corrie pourrait arriver près de Gaza avec trois ou quatre jours de
retard, le temps d'embarquer quelques reporters à bord, mais Graham a assuré que ce n'était pas à son programme et a assuré qu'il maintenant son cap.
  

Compte tenu de la violence de certains propos publiés sur le site après l'attaque de la flottille d'aide internationale qui se rendait à Gaza, France 24 a décidé de provisoirement désactiver la fonction "commentaires" sur les pages traitant de ce sujet.

Première publication : 04/06/2010

COMMENTAIRE(S)