Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le "chantage" de la CGT

En savoir plus

POLITIQUE

Bernard-Henri Lévy : "Il y a une gémellité atroce entre Assad et l’EI"

En savoir plus

POLITIQUE

Bernard-Henri Lévy : "Les Peshmerga sont les seuls à mener vraiment la guerre contre l’EI"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Procès de Freddie Gray : les réactions à Baltimore

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Circulation(s)" : coup de projecteur sur la photo emergente

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Blocages en France : Manuel Valls peut-il tenir ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Elle", un thriller aussi pervers que puissant

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Lutte contre la pauvreté : la guerre des modèles

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : l'horizon s'éclaircit sur le front du chômage

En savoir plus

FRANCE

Un témoin-clé affirme avoir été contraint d'accuser Florence Cassez sous la torture

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 04/06/2010

Selon un document judiciaire parvenu jeudi à l'AFP, un témoin à charge contre Florence Cassez, condamnée à 60 ans de prison au Mexique pour des enlèvements, a affirmé ne l'avoir accusée que sous la torture et ne pas la connaître.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Florence Cassez, la Française condamnée à 60 ans de prison au Mexique pour enlèvement. David Orozco, l'un des membres présumés du gang auquel elle aurait appartenu, affirme l’avoir accusée sous la torture et ne pas la connaître, selon un document judiciaire parvenu jeudi à l'AFP.

Arrêté en mai 2009, Orozco avait désigné la jeune femme, qui clame son innocence, comme la co-dirigeante d’un groupe de ravisseurs avec son ex-compagnon, Israel Vallarta. Les médias avaient largement retransmis cette déclaration. Le 29 juillet, Orozco était toutefois revenu sur ses déclarations, révélant à un juge qu’il avait parlé sous la torture. Dans le document signé par le magistrat, Eduardo Javier Saenz Hernandez, il nie avoir participé à des enlèvements et même connaître Florence Cassez ou Israel Vallarta. "Je ne les ai pas commis, je ne connais pas ces personnes", affirme-t-il dans sa déposition.

Entretien avec Augustin Agosta, avocat de Florence Cassez

Il y explique également de quelle façon des inconnus masqués l’ont enlevé. Ils l’ont frappé sur tous le corps puis torturé à l’électricité avant de lui intimer l'ordre de citer les noms d’Israel Vallarta et de Florence Cassez, notamment. Ils ont également menacé d’enlever sa femme et son fils.

Israel Vallarta, l’ex-fiancé de Florence Cassez arrêté avec elle en décembre 2005, qui a toujours déclaré que celle-ci était innocente, dit aussi avoir été torturé pour avouer des enlèvements.

Pour Augustin Agosta, avocat de Florence Cassez, "ce qui est important maintenant, c’est de présenter à la justice mexicaine des arguments sur les vices de procédure et les revirements des témoins, afin de démontrer que le procès est vicié et d’obtenir l’acquittement de Florence Cassez". 

Les arrestations de Florence Cassez et de son ex-fiancé Israel Vallarta ont fait l'objet d'un simulacre reconnu aujourd'hui par les autorités policières et judiciaires mexicaines.

Le Mexique a refusé le transfèrement de Florence Cassez en France pour qu'elle y purge sa peine. Une requête que le président français Nicolas Sarkozy a encore vainement formulé tout récemment auprès de son homologue mexicain, Felipe Calderon.

Première publication : 04/06/2010

COMMENTAIRE(S)