Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

EUROPE

David Cameron prépare l'opinion à des mesures d'austérité "douloureuses"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/06/2010

Dans un discours prononcé ce lundi, le Premier ministre a dépeint un tableau très sombre de la situation des finances publiques. Il a précisé que la réduction du déficit de 156 millions de livres exigera des décisions "capitales".

REUTERS - Le Premier ministre britannique, David Cameron, a déclaré lundi que les difficultés budgétaires du Royaume-Uni étaient bien supérieures à ce qu'il avait anticipé et il a cité la Grèce comme exemple des conséquences de l'inaction en la matière.

Le nouveau locataire du "10, Downing Street" a peint un tableau bien sombre de la situation des finances publiques du pays, à moins de deux semaines de la présentation d'un collectif budgétaire dans lequel la coalition au pouvoir dévoilera les mesures qu'elle entend mettre en oeuvre pour réduire un déficit qui représente 11% du produit intérieur brut (PIB).

Sans dire explicitement quels seraient les secteurs les plus touchés par les coupes budgétaires à venir, David Cameron a mis les difficultés britanniques sur le compte des travaillistes.

"La Grèce est l'exemple de ce qui arrive aux pays qui perdent leur crédibilité ou dont les gouvernements prétendent que les décisions difficiles peuvent êtres évitées d'une manière ou d'une autre", a-t-il dit dans un discours prononcé à Milton Keynes, dans le centre de l'Angleterre.

Le Labour accusé

"Je veux, pour le pays, comprendre pourquoi l'ampleur du problème est encore plus importante que ce nous pensions", a-t-il dit, ajoutant que la structure de la dette signifiait que le retour à la croissance économique ne suffirait pas à lui seul à résoudre le problème.

David Cameron a estimé que les dépenses publiques avaient bien trop augmenté durant la période lors de laquelle le Labour était au pouvoir.

"Selon les calculs du dernier gouvernement, d'ici cinq ans, l'intérêt que nous payons sur notre dette, l'intérêt seul, devrait représenter environ 70 milliards de livres (85 milliards d'euros). C'est proprement stupéfiant."

Il a ajouté que l réunion du G20 ce week-end en Corée du Sud avait donné son feu vert aux mesures prises par le nouveau gouvernement.

Entré en fonctions le mois dernier, celui-ci a déjà annoncé des mesures de diminution des dépenses publiques portant sur six milliards de livres, afin d'amorcer la réduction d'un déficit qui a atteint 156 milliards lors de l'exercice achevé en avril.

LA CROISSANCE MENACÉE

L'opposition travailliste juge de son côté que les mesures annoncées par le gouvernement Cameron menacent une reprise déjà fragile et risquent de précipiter la Grande-Bretagne dans une nouvelle récession.

David Cameron a de son côté admis que ses décisions pourraient entamer la confiance que lui accordent ses électeurs.

Le successeur de Gordon Brown dirige la première coalition gouvernementale depuis 1945 aux côtés des libéraux démocrates.

Accompagné par le ministre du Trésor Danny Alexander, David Cameron a déclaré que la coalition permettrait de gagner la confiance du public, disant qu'il y avait "deux partis ensemble face au peuple britannique".

Alan Clarke, économiste de BNP Paribas, a jugé naturel pour qu'un nouveau gouvernement attribue au précédent la responsabilité des difficultés.

A ses yeux, le message de fond de David Cameron est clair.

"Le durcissement budgétaire, les réductions de dépenses et la hausse de la fiscalité vont peser sur la croissance et sur le revenu disponible. Cela va freiner la croissance, ce qui freinera l'inflation. Ce ne sera agréable pour personne", a-t-il dit.

Le ministre des Finances, George Osborne, et Danny Alexander doivent dévoiler mardi une évaluation des dépenses pour cette année.

Le Trésor devrait en outre ouvrir des consultations sur les dépenses publiques avec le secteur privé, les organisations non-gouvernementales ou encore les syndicats.

Première publication : 07/06/2010

COMMENTAIRE(S)