Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat de Londres : "We are not afraid"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le Premier ministre promet des mesures pour répondre aux enseignants grévistes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rodin en majesté au Grand Palais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Keep calm et carry on"

En savoir plus

FOCUS

L'Inde, paradis des startups

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Londres frappée au coeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marine Le Pen au Tchad

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : la piste du "terrorisme islamiste" privilégiée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Sage-femme" : Catherine Deneuve et Catherine Frot se découvrent

En savoir plus

EUROPE

La Hongrie envisage d'instaurer une nouvelle taxe sur les banques

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/06/2010

Soucieux de réduire une dette qui inquiète les marchés financiers, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban (photo), a annoncé l'imposition prochaine d'une nouvelle taxe sur les établissements banquiers.

REUTERS - La Hongrie compte imposer une nouvelle taxe sur les banques et les établissements financiers, susceptible de rapporter 200 milliards de forints (840 millions d’euros) cette année, a déclaré le Premier ministre Viktor Orban, mardi au Parlement.

Viktor Orban a précisé que la contribution des banques au budget était actuellement de 13 milliards de forints.

Il a ajouté que le gouvernement ouvrirait des discussions avec les banques pour déterminer les modalités d’imposition de cette taxe.

Il a également dit que Budapest interdirait les prêts immobiliers en devises.

Le Premier ministre a également évoqué la dette de la Hongrie, sujet qui suscite des inquiétudes sur les marchés. "La dette doit à l’évidence être réduite dans les années qui viennent", a-t-il dit.

Première publication : 08/06/2010

  • HONGRIE

    Le parti de centre droit Fidesz obtient la majorité des deux tiers au Parlement

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    "Les arguments invoqués par les banques sont fallacieux"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)