Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

Amériques

Téhéran dit détenir la preuve de l'"enlèvement" d'un scientifique par les États-Unis

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/06/2010

L'Iran dit vouloir utiliser toutes les voies légales afin d'obtenir la libération par les États-Unis d'un scientifique qui aurait, selon Téhéran, été enlevé par les services secrets américains. L'Iran détiendrait une vidéo prouvant ses allégations.

AFP - L'Iran a dit mardi vouloir faire usage des "voies légales" dans l'affaire de Shahram Amiri et obtenir des Etats-Unis eux-mêmes des informations sur ce physicien nucléaire iranien enlevé selon Téhéran par les services de renseignement américains.

Les autorités iraniennes ont remis à l'ambassadrice de Suisse à Téhéran Livia Leu Agosti, qui représente les intérêts américains en Iran, une lettre de protestation accompagnée de documents "confirmant l'enlèvement" du scientifique, a rapporté par ailleurs l'agence officielle Irna.

Ces annonces interviennent au lendemain de la diffusion par la télévision d'Etat iranienne d'une vidéo dans laquelle un homme se présentant comme M. Amiri affirme avoir été enlevé par les services secrets américains et être actuellement détenu près de Tucson (Arizona, ouest des Etats-Unis).

"Ce film confirme que ce ressortissant iranien a été enlevé par les services de renseignement américains et saoudiens", a dit le porte-parole des Affaires étrangères Ramin Mehmanaparast lors d'un point de presse à Téhéran.

"Il s'agit d'une action inhumaine qui viole les lois internationales, et nous allons user des voies légales pour les suites de l'affaire", a-t-il ajouté sans préciser ces "voies légales".

L'ambassadrice de Suisse a été convoquée dans la journée au ministère des Affaires étrangères et des documents "confirmant l'enlèvement de Shahram Amiri et accompagnant une lettre de protestation a été remise à la partie suisse", selon Irna.

Shahram Amiri a disparu en juin 2009 à son arrivée en Arabie saoudite où il se rendait en pèlerinage.

Les dirigeants iraniens affirment qu'il a été enlevé par les Etats-Unis avec l'aide des services de renseignements saoudiens. Ils ont exigé sa libération de même que celle de dix autres Iraniens "illégalement détenus", selon eux, par les autorités américaines.

Washington n'a jamais réagi officiellement aux accusations concernant M. Amiri. Fin mars, la chaîne de télévision américaine ABC a affirmé que le physicien iranien avait fait défection et collaborait avec la CIA.

En mai, le ministre iranien des Renseignements Heydar Moslehi a clairement lié le sort des 11 Iraniens à celui de trois Américains arrêtés en juillet 2009 en Iran, à la frontière avec l'Irak après s'être apparemment égarés lors d'une randonnée au Kurdistan irakien.

M. Mehmanparast a toutefois affirmé que le cas des randonneurs américains et celui de M. Amiri n'étaient pas de même nature, et qu'il n'existait "aucun projet pour un échange" entre ces personnes.

En l'absence de relations diplomatiques entre Washington et Téhéran, les intérêts iraniens aux Etats-Unis sont représentés par le Pakistan, et ceux des Etats-Unis en Iran par la Suisse.

Première publication : 08/06/2010

COMMENTAIRE(S)