Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Obama emploie un ton ferme envers Israël en recevant Mahmoud Abbas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/06/2010

Barack Obama dit espérer des "progrès significatifs" cette année au Proche-Orient malgré le raid israélien contre la flottille humanitaire destinée à Gaza. Il a par ailleurs dénoncé la situation "intenable" de l'enclave palestinienne.

REUTERS - En recevant mercredi le président palestinien Mahmoud Abbas à la Maison blanche, Barack Obama s'est montré une nouvelle fois ferme envers Israël, reaffirmant que son blocus de Gaza était "intenable" et exigeant de l'Etat juif qu'il oeuvre avec toutes les parties pour trouver une solution à ce problème.

Le président américain a réitéré qu'il voulait obtenir que toute la lumière soit faite sur l'abordage sanglant, le 31 mai par la marine israélienne, d'une flottille d'aide à Gaza qui a coûté la vie à neuf militant turcs pro-palestiniens, suscitant un tollé international.

Le chef de la Maison blanche a par ailleurs promis une nouvelle aide de 400 millions de dollars à destination des territoires palestiniens - Gaza et la Cisjordanie occupée, administrée par le Fatah d'Abbas.

Ce dernier, qu'Obama a invité de s'abstenir de tout action susceptible de compliquer la situation, a lui aussi appelé à la levée du siège imposé par Israël à Gaza en raison du contrôle qu'en a pris le Hamas à la mi-juin 2007.

Le président de l'Autorité palestienne a été reçu devant micros et caméras dans le bureau ovale par le président américain, qui, en froid avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, ne lui avait accordé lors de sa visite en novembre qu'une entrevue en catimini.

 

Première publication : 09/06/2010

  • PROCHE-ORIENT

    Israël va mener sa propre enquête sur l'abordage sanglant de la flottille

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Mahmoud Abbas en Turquie, première étape d'un marathon diplomatique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)