Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza, le Hamas reste introuvable

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

FRANCE

Kerviel accuse sa hiérarchie, son ex-patron le traite de menteur

©

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/06/2010

Au deuxième jour de son procès, Jérôme Kerviel, tenu pour responsable d'une perte de 4,9 milliards d'euros, a accusé sa hiérarchie au sein de la Société générale. Son ancien patron, Jean-Pierre Mustier, affirme que l'ex-trader "ment".

AFP - Décrit mercredi à son procès comme "un somnambule dans un champ de tir", Jérôme Kerviel a accusé sa hiérarchie de lui avoir demandé de prendre des risques de plus en plus grands, avant d'être violemment traité de menteur par son ancien patron.

Longuement interrogé, beaucoup plus à l'aise que la veille, toujours dans son costume sombre mais sans cravate, l'ancien trader de la Société Générale a admis dans l'enceinte du tribunal ce qu'il avait déjà reconnu: il a exagéré, pulvérisé les limites, enregistré des opérations fictives pour couvrir ses engagements.

Les dates-clés de la procédure

Mais il a aussi répété que sa hiérarchie savait tout ce qu'il faisait et encourageait les "stratégies de trading" qui rapportent de l'argent.

"La hiérarchie c'est moi, la hiérarchie ne savait pas" qu'il avait engagé des dizaines de milliards sur les marchés financiers, a rétorqué Jean-Pierre Mustier, ancien patron de la banque de financement et d'investissement de la Société Générale (SG CIB), témoin cité par la partie civile.

"On encourage les traders à savoir prendre des risques, pas à prendre des risques", a-t-il expliqué. "Vous m'avez toujours menti, Monsieur Kerviel", a-t-il lancé au prévenu.

Jérôme Kerviel, 33 ans, est jugé, pour avoir fait perdre à la banque 4,9 milliards d'euros début 2008, après avoir pris à l'insu de sa hiérarchie des positions spéculatives exorbitantes, en déjouant tous les contrôles. Il encourt cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende.

A l'audience de mercredi, le tribunal a creusé la question des "limites" supposées mises aux engagements des traders et leurs "dépassements". Selon la banque, le cumul des risques pris par les traders ne devait pas dépasser 125 millions d'euros.

Les limites étaient dépassées "quasiment tous les jours", a assuré Jérôme Kerviel. "On recevait un mail (...) mais on n'avait jamais de remontrance". Et pour ajuster artificiellement ses positions, il saisissait "des opérations fictives".

"Les techniques, le système, je ne les ai pas inventés", a-t-il dit.

La prise de positions spéculatives "n'entrait pas dans mon mandat", mais "mes supérieurs m'ont demandé de le faire, parce que ça faisait gagner de l'argent", a-t-il affirmé.

Les échanges se sont tendus lorsqu'un avocat de la Société Générale, Me Jean Veil, a interrogé Jérôme Kerviel sur une présumée tentative de détournement de fonds reprochée à son frère, comparant ses "agissements" à celui du trader.

L'avocat de Jérôme Kerviel, Me Olivier Metzner, s'est emporté, évoquant lui des malversations reprochées à la banque.

Au début des débats, Jean-François Lepetit, 68 ans, ancien président de l'Autorité des marchés financiers (AMF), était venu expliquer le fonctionnement des salles de marchés.

Il a comparé Jérôme Kerviel à "un somnambule dans un champ de tir", se disant "pas convaincu qu'il ait bien compris ce qui se passait autour de lui".

Le risque "calculé" est "la matière première d'une salle", a-t-il dit, et "il arrive que les limites soient dépassées".

Mais dans ce cas, a souligné M. Lepetit, "la transparence est toujours de rigueur" et, "bien sûr, "les opérations fictives, c'est interdit". Certes, a-t-il ajouté, "sur des milliers d'employés des salles de marchés, il y a forcément un trader qui fait des bêtises".

Un dernier témoin, trader à la Société Générale, était encore entendu à 20H45. Les "limites et dépassements" restent au programme de l'audience de jeudi.

Première publication : 09/06/2010

  • FRANCE

    Kerviel est présenté par sa défense comme un simple "pion"

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Jérôme Kerviel, des salles de marchés au box des accusés

    En savoir plus

  • FRANCE

    La justice se penche sur le cas Kerviel

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)