Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Le mois de mai sourit aux exportations chinoises

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/06/2010

L'excédent commercial de la Chine a fortement augmenté à 19,53 milliards de dollars en mai, contre 1,68 milliard de dollars le mois précédent. Un rebond qui devrait relancer le débat sur la sous-évaluation contestée de sa monnaie.

REUTERS - L’excédent commercial de la Chine a fortement augmenté en mai, soutenu par un bond des exportations, ce qui devrait contribuer à raviver les critiques au sein d’un Congrès américain qui fustige une sous-évaluation déloyale du yuan.

Les exportations chinoises ont augmenté de 48,5% en rythme annuel, portant l’excédent commercial à 19,5 milliards de dollars (16,1 milliards d’euros) contre 1,7 milliard en avril, au vu des statistiques publiées jeudi par l’Administration des douanes.

Les importations ont également augmenté vivement, de 48,3%, témoignant de la solidité de la troisième économie mondiale, en dépit des efforts du gouvernement pour éviter la surchauffe du marché de l’immobilier.

Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse des exportations de 32% et des importations de 45%, avec un excédent commercial attendu à 8,8 milliards de dollars.

Si certains analystes s’interrogent sur la viabilité de ces performances économiques dans un contexte de crise budgétaire en Europe, premier débouché commercial de la Chine, beaucoup estiment que la question d’une appréciation du yuan devrait à nouveau être au coeur des débats.

“Cela confortera ceux qui plaident pour un changement de politique, dans la mesure où cela réduira l’incertitude pour les exportations sur le court terme”, assure Wensheng Peng, économiste chez Barclays Capital.

Mais, selon lui, la question tourne plutôt autour d’une plus grande flexibilité de la monnaie que d’une appréciation. Ainsi, toute appréciation ne serait que modérée et progressive.

“La réforme consistera plutôt en de plus amples variations du taux de change dans les deux sens”, explique-t-il.

 

DEBAT DE PLUS EN PLUS ANIME

Certains économistes se demandent si des importateurs de produits chinois n’ont pas avancé leurs achats en mai pour éviter une reprise de la hausse du yuan, qui était anticipée avec fébrilité en avril et début mai. Les exportations ont en effet progressé de 9,9% par rapport au mois d’avril, tandis que les importations diminuaient sur la même période.

Pour Xie Xuecheng, économiste en chef chez Southwest Securities, ces exportations, plus importantes que prévu, pourraient apaiser les craintes d’une rechute de l’économie.
“Toutefois, il ne faut pas être optimiste outre mesure concernant les exportations dans les mois prochains car la crise européenne
n’est pas terminée, et les pressions des coûts à l’exportation restent élevées”.

Les dernières données témoignent également d’une forte pression sur les prix immobiliers, qui ont progressé de 12,4% au mois de mai en rythme annuel, après une augmentation record de 12,8% en avril. Les mesures prises pour lutter contre la spéculation immobilière expliquent par ailleurs que la Bourse de Shanghaï soit l’une des moins performantes de la planète cette année, avec une perte de plus de 20%.

La crise de la dette européenne, et la chute de l’euro qui l’a accompagnée, ont quelque peu atténué les attentes d’une réévaluation du yuan. Pékin avait gelé le yuan en juillet 2008 pour aider les exportateurs à traverser la crise du crédit.

Le yuan est lié au dollar, ce qui a produit une forte hausse de son indice pondéré mais cela n’a en rien apaisé des parlementaires américains qui voient dans un yuan pour eux sous-évalué la cause de la perte de millions d’emplois aux Etats-Unis.
“Avec un taux de chômage toujours proche des 10% aux Etats-Unis et des exportations chinoises qui progressent désormais de presque 50%, il est probable que le débat va être de plus en plus animé à Washington”, affirme Brian Jackson, stratège à la Banque royale du Canada.

 

Première publication : 10/06/2010

  • DIPLOMATIE

    Pékin et Washington débutent leur réunion annuelle sur fond de politique monétaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)