Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

Economie

La BCE maintient son principal taux directeur à 1 %

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/06/2010

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé de maintenir son taux de refinancement à 1 %. Son président, Jean-Claude Trichet (photo), a également annoncé son intention d'approvisionner les marchés en liquidités jusqu’à la fin de l’année.

REUTERS - La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi des mesures supplémentaires pour approvisionner les marchés en liquidités jusqu’à la fin de l’année mais elle est restée muette sur les détails de son programme controversé de rachat de dette souveraine.

La banque centrale des 16 pays de la zone euro a maintenu, comme attendu, son principal taux d’intérêt à un plus bas record de 1,0% et prédit une reprise économique inégale dans la zone euro ainsi qu’une possible accélération de l’inflation au cours des six prochains mois.

Prenant acte du fonctionnement toujours imparfait des marchés monétaires, la BCE a décidé de proposer aux banques des fonds illimités lors de ses trois prochaines opérations de refinancement à trois mois, ce qui devrait garantir un approvisionnement suffisant des marchés jusqu’à la fin de l’année.

Cette initiative constitue un nouvel accroc à la stratégie de sortie de crise engagée par la BCE. La banque centrale avait déjà été contrainte à une volte-face en annonçant des rachats de titres de dette d’Etat et l’octroi de prêts supplémentaires le mois dernier pour tenter d’enrayer la crise de la dette souveraine dans la zone euro.

Tous ceux qui attendaient des précisions sur son programme de rachat de titres de dette ont été déçus. Jean-Claude Trichet a refusé de donner la moindre précision sur cette initiative qui s’est traduite jusqu’à présent par le rachat de 40,5 milliards d’euros d’obligations.

En revanche, il n’a pas laissé entendre que la BCE pourrait mettre un terme à ce programme, qui a provoqué des divergences au sein de ses membres, même s’il l’a qualifié de temporaire.

"Nous considérons, au moment où je parle, qu’il est approprié de continuer à faire ce que nous avons décidé", a-t-il dit.

L’euro a atteint un plus haut de séance face au dollar, au-dessus du seuil de 1,21 dollar, lorsque le président de la BCE a précisé que ce programme de rachat de dette ne devait pas être considéré comme un changement de la politique monétaire.

Jean-Claude Trichet a également laissé de côté les questions sur la dégringolade de 17% de l’euro au cours des six derniers mois, se contentant de réaffirmer que la devise européenne était crédible.

LA BCE AJUSTE SES PRÉVISIONS DE CROISSANCE ET D’INFLATION

« Trichet s’est abstenu de fournir la moindre information nouvelle ou un commentaire sur les achats d’actifs, se gardant de facto toutes les options ouvertes. Il a décliné plusieurs invitations à s’exprimer sur la faiblesse de l’euro, hormis pour dire que c’est une devise crédible », commente Erik Nielsen, économiste à Goldman Sachs.

« Il semble ne pas avoir de problèmes avec ces deux éléments », ajoute-t-il.

Jean-Claude Trichet a précisé que la décision de proposer des fonds illimités en juillet, août et septembre avait été prise à l’unanimité, ce qui contraste avec les divergences qui ont accompagné le lancement du programme de rachat de dettes. Le président de la Bundesbank, Axel Weber, a ouvertement critiqué cette décision, en mettant en avant ses risques pour la stabilité.

Aux yeux des économistes, ces dissensions nuisent aux efforts engagés par la BCE pour stabiliser les marchés.

Interrogé sur cette question, Jean-Claude Trichet a répondu : « Il y a une devise, il y a une BCE, il y a un Conseil des gouverneurs ».

En réponse aux critiques sur ce programme de rachats de dette, qui risque selon certains d’alimenter l’inflation, le président de la BCE a réaffirmé la détermination inflexible de l’institution à maintenir la stabilité des prix, ajoutant qu’elle ajusterait les mesures de liquidités et les taux « de façon appropriée ».

La BCE a révisé en hausse ses prévisions d’inflation pour tenir compte de l’augmentation des cours des matières premières, même si l’inflation devrait rester sous le seuil plafond de 2,0% que s’est fixé la BCE pour cette année et la suivante. (voir [ID:nLDE659091])

La banque centrale prévoit désormais un taux d’inflation de 1,5% cette année et de 1,6% en 2011.

“En anticipant à plus long terme, les taux d’inflation devraient rester dans l’ensemble modérés. Les pressions à la hausse sur les prix des matières premières pourraient se poursuivre tandis que les pressions sur les prix intérieurs dans la zone euro devraient rester faibles”, a déclaré Jean-Claude Trichet.

La BCE a également relevé ses prévisions de croissance pour cette année dans une fourchette comprise entre 0,7% et 1,3%. Les projections ont en revanche été revues en baisse pour 2011 entre 0,2% et 2,2%.

“Les taux de croissance trimestrielle vont probablement être plutôt inégaux”, a déclaré Jean-Claude Trichet. “Nous anticipons une croissance de l’économie de la zone euro à un rythme modéré dans un contexte de tensions continues sur certains segments des marchés financiers et d’incertitudes inhabituellement fortes ».
 

Première publication : 11/06/2010

  • UNION EUROPÉENNE

    Les Banques centrales commencent à acheter de la dette publique de la zone euro

    En savoir plus

  • CONJONCTURE

    La croissance de la zone euro revue à la baisse au quatrième trimestre de 2009

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)