Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Hollande face au FN"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

FRANCE

Jeux en ligne : le PS fustige le coup de poker des "amis de Sarkozy"

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 17/06/2010

Ouvert à la concurrence depuis mardi en France, le marché des jeux et paris en ligne constitue un eldorado financier pour les nouveaux acteurs du secteur, que les socialistes disent être un peu trop proches du pouvoir.

L’ouverture à la concurrence des jeux en ligne, mardi 8 juin, constitue une aubaine pour la poignée de chanceux qui ont obtenu l'autorisation de lancer leur site Internet de paris sportifs. À la clé : quelque 2 milliards d’euros en 2011, qui profitera à quelques privilégiés dont les noms font déjà polémique. Selon le Parti socialiste (PS), l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), qui vient de distribuer 17 licences d’autorisation à 11 opérateurs privés, fait la part belle aux amis et proches du pouvoir.

Et les gagnants sont…

La fin des monopoles d’État détenus par le PMU et la Française des jeux (FDJ) va ainsi permettre l’entrée en scène de nouveaux acteurs du jeu en ligne. Parmi eux, Stéphane Courbit. En décrochant quatre licences avec ses deux sites Betclic et Everest, cet entrepreneur qui a fait fortune, entre autres, dans la télé-réalité est sans conteste l'un des grands gagnants de cette première distribution. Autres vainqueurs, Martin Bouygues, qui obtient deux licences grâce à Eurosportbet, Marie-Odile Amaury, qui a créé avec Lagardère le site Sajoo, détenteurs de deux licences… Même le chanteur Patrick Bruel décroche un sésame pour Table 14, un site de poker.

Autant de noms d’"amis du président de la République" dans la ligne de mire des socialistes, opposés à la libéralisation totale des paris en ligne. Dans un communiqué officiel, le PS dénonce "cette ouverture à la concurrence [qui] symbolise toutes les ramifications entre le pouvoir et les puissances de l’argent".

Cinq millions de futurs parieurs pour la Coupe du monde

Cinq millions de Français, soit 10 % de la population en âge de parier, sont prêts à miser de l'argent lors du Mondial, indique un sondage réalisé pour l'Officiel des paris en ligne (OPL). Selon un rapport de l’Assemblée nationale, en 2008, les Français ont mis plus de 35 milliards d’euros sur le tapis vert des deux seuls détenteurs du monopole de l’époque, la FDJ et le PMU.

Une manne financière que le groupe socialiste de l’Assemblée nationale a caricaturée via le lancement, il y a quelques mois, d’un site de jeux en ligne baptisé "Jackpotes", un site "bling-bling" où le parieur est toujours perdant face "aux amis du Fouquet’s qui gagnent à tous les coups". Une façon ironique "d’attirer les médias sur les dérives d’une telle mesure", déclare le groupe socialiste. Contacté par France24.com, l’Arjel n’a pas souhaité réagir aux propos du PS.

En 2009, Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, avait tenu un discours virulent face à l’ouverture potentielle des marchés des jeux en ligne : "une dérive qui va faire plaisir à Lagardère, Bolloré, Le Lay…", ironisait alors le député-maire de Nantes.

Jean-Marc Ayrault s'oppose à l'ouverture des jeux en ligne

Première publication : 11/06/2010

  • INTERNET

    La France ouvre son marché des jeux d'argent et de hasard en ligne

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le Parlement français approuve l'ouverture des jeux de paris en ligne à la concurrence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)