Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Le carnet de route de Melissa Bell

Texte par Melissa BELL

Dernière modification : 12/06/2010

Notre reporter Melissa Bell se trouve au Niger où elle réalise un reportage sur la crise alimentaire qui frappe le pays. Suivez les coulisses du tournage grâce à son carnet de route.

Samedi 12 juin

Le village touareg de Boulfou Albourdatan se trouve à deux heures de route au nord de Zinder, à l'endroit où le Sahel devient Sahara. Pour y aller, il faut prévoir un ane, un chameau ou un 4x4 car il faut quitter la route juste avant la ville de Tanout et traverser un bout de désert. Nous choisissons le 4x4.

Même de loin, le village n'a pas l'air d'aller bien. Plusieurs huttes s'effondrent et, en se rapprochant, on se rend vite compte qu'elles ont été abandonnées.

Le chef, qui a vécu là toute sa vie, pense qu'il a plus de 80 ans. C'est la première fois qu'il voit des familles entières partir du village. Pour ceux qui restent, la vie est dure. Il fait plus de 40 degrés et, depuis plusieurs semaines, il n'y a plus rien à manger. Les réserves de mil sont terminées, les chèvres sont trop faibles et trop maigres pour être vendues et les habitants du village ne se nourrissent plus qu'une fois par jour d'une graine amère qui pousse dans la brousse. Et tout ça sans même l'espoir d'une récolte à venir. Le chef nous explique qu'en cette période de semence, les champs restent vides. Le sol est trop sec et tout part avec le vent.

Je lui demande comment ils comptent faire, comment le village peut survivre. "Ça, me dit-il, même moi je ne le sais pas. Seul Allah le sait."

 

Retrouvez le carnet de route du vendredi 11 juin

Première publication : 12/06/2010

COMMENTAIRE(S)