Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Gaza : le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas vire au bain de sang

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

FRANCE

Poutine repart en Russie sans avoir finalisé l'achat d'un navire Mistral

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2010

Le Premier ministre russe a achevé vendredi sa visite éclair en France sans être parvenu à conclure un accord avec Paris sur l'achat d'un porte-hélicoptère Mistral. Les discussions achoppent sur la question des transferts de technologie.

REUTERS - Nicolas Sarkozy et Vladimir Poutine sont convenus d'accélérer les négociations sur la vente par la France de quatre porte-hélicoptères français Mistral à la marine russe, qui achoppe sur la question des transferts de technologie demandés par Moscou.

"La négociation maintenant se poursuit au niveau technique avec une volonté de part et d'autre de l'accélérer", a dit la présidence française après un déjeuner de travail vendredi entre le chef de l'Etat français et le Premier ministre russe.

Il s'agit notamment de définir les modalités du partage de la production de ces quatre bâtiments de projection et de commandement (BPC) ultra-modernes entre la France et la Russie, précise-t-on de même source.

"Vladimir Poutine a dit qu'il souhaitait des transferts de technologie", ajoute l'Elysée. "Ce que le président a répondu c'est que le principe même de cette coopération prévoit un partage de fabrication (à 50/50)."

"Si une partie du bateau est construite en Russie, ça sera par des ouvriers et des ingénieurs russes, donc il y aura un transfert de savoir-faire", fait valoir la présidence française.

Quant à la question de savoir si toutes les technologies pourront être transférées, elle appartient à la négociation, a dit Nicolas Sarkozy à Vladimir Poutine, selon la même source.

La France et la Russie avaient annoncé l'ouverture de "négociations exclusives" sur quatre BPC lors de la visite d'Etat du président russe Dmitri Medvedev à Paris, le 1er mars, et non sur un seul comme il en était question auparavant.

En avril un responsable de l'industrie de l'armement russe avait laissé planer le doute sur ce contrat en déclarant à l'agence de presse Interfax que la Russie n'avait pas encore choisi auprès de qui elle achèterait des porte-hélicoptères.

Selon l'Elysée, Nicolas Sarkozy et Vladimir Poutine n'ont pas évoqué vendredi la question très sensible de l'armement de ces navires, qui est pourtant aussi au coeur des discussions.

Un signal politique

Le BPC Mistral - 400 à 500 millions d'euros, près de 200 mètres de long et 21.300 tonnes - peut embarquer jusqu'à 16 hélicoptères et quatre chalands de transport de matériel ou deux engins de débarquement.
Il peut également transporter une quarantaine de chars lourds et accueillir un poste de commandement capable de conduire de la mer une opération interarmées d'ampleur limitée.

Des caractéristiques qui inquiètent les anciennes républiques de l'Union soviétique, telles que la Géorgie ou les pays baltes, ainsi que les Etats-Unis.
Le commandant de la marine russe, l'amiral Vladimir Vysotsky, a déclaré il y a quelques mois qu'avec un tel navire la Russie aurait atteint en 40 minutes ses objectifs militaires en Géorgie lors de son intervention de l'été 2008.
Nicolas Sarkozy a de nouveau défendu vendredi la décision de la France d'être le premier pays de l'Otan à vendre du matériel militaire sensible à la Russie.
Selon l'Elysée, il a redit à Vladimir Poutine qu'il avait pris cette décision "parce que, dès lors qu'on veut que la Russie se comporte comme un partenaire, il faut la traiter comme un partenaire, y compris en matière de sécurité et de défense".

Nicolas Sarkozy a expliqué que, pour lui, cette coopération sur le BPC, "même s'il elle avait des avantages économiques pour la France, était avant tout un signal politique que la France voulait envoyer à la Russie", précise-t-on de même source.

"Vladimir Poutine a dit que c'est bien comme ça qu'il avait interprété notre décision et que c'est pour ça qu'il en était encore plus reconnaissant", ajoute l'Elysée.

Le président français avait tenu le 8 juin le même discours à son homologue géorgien Mikheïl Saakachvili, lors d'un entretien au Palais de l'Elysée. Le président géorgien avait jugé le rôle de la France "très positif" au Caucase malgré "le problème des Mistral".

 

Première publication : 12/06/2010

  • DIPLOMATIE

    Poutine à Paris sur fond de divergence autour de la vente du navire Mistral

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Paris-Moscou, un partenariat économique à vocation militaire

    En savoir plus

  • ARMEMENT

    La vente de quatre navires Mistral français à la Russie se précise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)