Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

EUROPE

Zapatero souhaite une réponse commune de l'UE sur le blocus de Gaza

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2010

A l'issue d'un entretien avec le président de l'Autorité palestinienne, José Luis Zapatero, qui assure la présidence tournante de l'Union européenne, a demandé aux Vingt-Sept de s'exprimer d'une seule voix contre le blocus imposé à Gaza.

AFP - Le chef de gouvernement espagnol qui exerce la présidence tournante de l'UE, s'est prononcé samedi pour une "position commune forte de l'UE" sur la situation à Gaza et sur le blocus imposé par Israël.
   
S'exprimant à l'issue d'un entretien avec le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, José Luis Rodriguez Zapatero a déclaré: "nous voulons établir une position commune forte de l'UE face à ce qui s'est passé à Gaza et à la situation humanitaire dans le zone"
   
Le responsable espagnol a en outre confirmé que le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, allait proposer, lundi, "au Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE que l'Union se prononce clairement en faveur de la fin du blocus de la bande de Gaza et que toute l'action politique et diplomatique soit déployée pour cet objectif".
   
Le Conseil des ministres européens des Affaires étrangères tentera le 14 juin à Luxembourg d'élaborer une proposition commune visant à une levée du blocus de la bande de Gaza, avait déjà annoncé cette semaine le chef de la diplomatie espagnole.
   
Les ministres européens discuteront "d'un plan pour lever le blocus" imposé par Israël afin de "garantir l'entrée de l'aide humanitaire, la circulation des biens, des personnes et des marchandises", avait précisé M. Moratinos dans une interview à la télévision.
   
Le chef de gouvernement espagnol qui exerce jusqu'à fin juin la présidence tournante de l'UE, a réitéré samedi la "condamnation" de l'Espagne pour l'assaut sanglant israélien sur la flottille transportant de l'aide humanitaire pour Gaza, le 31 mai, et rappelé la "nécessité de lever l'embargo sur Gaza pour des raison humanitaires".
   
"Nous espérons (...) qu'avec les efforts du président (américain Barack) Obama nous pourront engager dans un temps raisonnable une phase de négociations et de dialogue directs" entre Israéliens et Palestiniens, a encore déclaré M. Zapatero.
   
L'Espagne et l'Autorité palestinienne ont parallèlement décidé "de créer une conférence ministérielle" qui devrait réunir pour la première fois en juillet des ministres espagnols et palestiniens.
   
Le président de l'Autorité palestinienne s'est pour sa part déclaré "satisfait du rôle de l'UE et de la position politique" européenne sur la bande de Gaza et a qualifié de "constructives" ses discussions avec le président américain Barack Obama cette semaine à Washington.

 

Première publication : 12/06/2010

  • DIPLOMATIE

    Obama emploie un ton ferme envers Israël en recevant Mahmoud Abbas

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Israël va mener sa propre enquête sur l'abordage sanglant de la flottille

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Le Croissant-Rouge iranien souhaite envoyer de l'aide humanitaire vers Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)