Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les milliardaires, toujours plus nombreux

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le show Netanyahou"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, bonne et mauvaise élève"

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux États-Unis : coup de froid entre Israël et la Maison Blanche

En savoir plus

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : l'opposition russe punie ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France mise à l'index pour sa législation sur la fessée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

Moyen-orient

Flottille humanitaire : Israël prêt à accepter des enquêteurs internationaux

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/06/2010

Face aux critiques internationales, Israël accepte finalement la collaboration d'étrangers à la commission d'enquête chargée de faire lumière sur l'arraisonnement d'un navire humanitaire à destination de Gaza par l'armée israélienne.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a estimé dimanche qu'un accord était proche avec les Etats-Unis sur la création d'une commission d'enquête après le raid meurtrier israélien contre une flottille humanitaire internationale pour Gaza le 31 mai.

Le chef du gouvernement a déclaré aux ministres de son parti, le Likoud (droite) qu'il s'attendait à un prochain accord avec l'administration Barack Obama sur la composition et les pouvoirs d'une telle commission --israélienne mais avec une présence internationale--, selon une source gouvernementale.

M. Netanyahu a indiqué avoir eu de nouvelles consultations téléphoniques à ce propos, dans la nuit de samedi à dimanche, avec Washington.

Il a aussi confirmé son intention de désigner à la tête de la commission un juge en retraite de la Cour Suprême, Yaakov Tirkel, âgé de 75 ans.

Deux semaines après les faits, Israël, sous pression internationale, n'a toujours pas annoncé officiellement la mise en place d'une commission d'enquête sur l'opération des commandos de marine qui a fait 9 morts, de nationalité turque, et des dizaines de blessés.

La décision, annoncée à plusieurs reprises comme imminente par les médias, n'a pu se faire du fait de divergences persistantes avec les Etats-Unis.

Alors que le gouvernement israélien attend avant tout d'une telle commission une justification légale et a posteriori de l'assaut controversé, les Etats-Unis insistent sur l'importance d'une enquête "impartiale et transparente".

Le président américain a affirmé mercredi, lors d'une rencontre avec le président palestinien Mahmoud Abbas à la Maison Blanche, qu'il attendait du gouvernement israélien qu'il se conforme aux demandes du Conseil de sécurité de l'ONU concernant cet arraisonnement sanglant dans les eaux internationales.

Dès le lendemain, le Conseil de sécurité avait appelé "à lancer sans retard une enquête impartiale, crédible et transparente conforme aux critères internationaux".

Le forum des sept principaux ministres israéliens a décidé la semaine dernière de créer une commission juridique qui "vérifierait" que le blocus de Gaza, en place depuis 4 ans, et l'abordage d'un navire transportant des militants pro-palestiniens sont conformes au droit international.

Cette commission "d'examen" pourra interroger les plus hauts responsables israéliens, mais pas les soldats ou les officiers qui ont participé à l'opération en mer. Elle ne disposera pas de pouvoirs juridiques pour recommander des sanctions éventuelles.
 

Première publication : 13/06/2010

  • DIPLOMATIE

    En visite à Gaza, le chef de la Ligue arabe réclame la fin du blocus

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Zapatero souhaite une réponse commune de l'UE sur le blocus de Gaza

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama emploie un ton ferme envers Israël en recevant Mahmoud Abbas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)