Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : onze soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Plusieurs morts dans une fusillade à Slaviansk, dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

EUROPE

Bart De Wever, l’artisan du renouveau du régionalisme flamand

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 15/06/2010

Le leader du parti séparatiste N-VA est considéré comme le principal vainqueur du scrutin de dimanche. Retour sur un personnage hors du commun qui a mis de l’eau dans son vin séparatiste.

Personnage haut en couleur, le président du N-VA (Nouvelle Alliance flamande), Bart De Wever est considéré en Belgique comme l’artisan de la revanche des nationalistes flamands. "Il a su transformer les restes de feu la Volksunie [parti séparatiste flamand disparu en 2001, ndlr] en grand parti régionaliste flamand", confirme Regis Dantoy, spécialiste des partis politiques belges au Cevipol à Bruxelles (Centre d’études de la vie politique).

Il a réussi à ancrer son parti dans le jeu politique démocratique belge. Et l’homme ne fait pas peur, à l’inverse des dirigeants de l’autre parti séparatiste, le Vlaams Belang, qui défraient la chronique. Pourtant à regarder de plus près le CV de Bart De Wever, l’électeur moyen pourrait avoir des sueurs froides.

Poignée de main à Jean-Marie Le Pen

L’homme est littéralement né dans la politique en 1970 à Mortsel en Flandres. Son père, un vieux routier des mouvements séparatistes et même sympathisant du VNV (parti idéologiquement proche du nazisme) l’inscrit à la Volksunie dès la naissance. Difficile, donc, pour Bart De Wever d’échapper à son destin politique.

Il pense à une carrière d'historien lors de ses études à l’université catholique de Louvain, mais la fibre politique le rattrape très vite. Il est ainsi rédacteur en chef, entre 1991 et 1992, d’une feuille de chou dont les idées flirtent avec celles des milieux catholiques traditionnalistes. A la sortie des études en 1996, il s’illustre en serrant la main au leader frontiste français Jean-Marie Le Pen…

Mais depuis son entrée officielle en politique, il aurait changé. "Il s’est assagi avec le temps, et il est depuis 2004 le garant de l’engagement démocratique du N-VA", résume Regis Dantoy. Bart De Wever est d’ailleurs l’artisan du cartel flamand, une alliance de gouvernement entre son parti et les chrétiens démocrates qui durera jusqu’en novembre 2008. "Pendant cette période, il a joué sur les deux tableaux : être dans le gouvernement tout en le critiquant, raconte Regis Dantoy. C’est un stratège politique hors pair."

Un fin tacticien doublé d’un personnage éminemment charismatique. Il participe à une émission de télé-réalité baptisée "L’homme le plus connu en Flandres". Il monte également des opérations médiatiques comme conduire un camion rempli de faux billets pour dénoncer le "scandale" du transfert d’argent de la Flandres vers la Wallonie. Bref, il fait parler de lui. "C’est un personnage populaire qui flirte avec le populisme", confirme Regis Dantoy.

Positionnement ambigu

Pour ratisser large, il fait des œillades à l’électorat radical du Vlaams Belang. Ainsi en janvier 2010 il pose en couverture du magazine très populaire "P Magazine" sur laquelle on voit la nouvelle miss Belgique piétiner le drapeau belge. "Pour gagner il ne pouvait pas s’aliéner les électeurs d’extrême droite, c’est pourquoi il a un positionnement plus qu’ambigu", reconnaît Regis Dantoy.

Reste que sa victoire va maintenant l’obliger à jouer le jeu des tractations de gouvernement. "Son principal défi va être d’expliquer à son électorat que ses réformes vont prendre plus longtemps que ce qu’il promettait à ses électeurs", juge Regis Dantoy. Mais qu’on ne s’y trompe pas, pour le politologue le but ultime de Bart De Wever demeure la scission de la Flandre.

Première publication : 14/06/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)