Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie : le défi vert

En savoir plus

BILLET RETOUR

Chine : sept ans après le séisme au Sichuan, les questions restent en suspens

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bas les pattes !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La dérive morale de Tsahal"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

États-Unis : les tensions raciales restent vives

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Massacre de Sétif : l'hommage de la France, mais pas d'excuses

En savoir plus

EUROPE

Bruxelles accepte d'ouvrir les négociations d'adhésion avec l'Islande

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/06/2010

Les Vingt-Sept se sont mis d'accord pour ouvrir des pourparlers d'adhésion à l'UE avec l'Islande. Dans cette perspective, ils ont insisté sur le fait que Reykjavik devait tenir les engagements qu'il avait pris pour redresser son économie.

AFP - Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne sont parvenus lundi à un accord de principe pour ouvrir des négociations en vue d'une entrée de l'Islande dans l'UE, a annoncé le chef de la diplomatie espagnole Miguel Angel Moratinos.

La décision doit encore être formalisée jeudi par les dirigeants européens réunis en sommet à Bruxelles, mais "il y a un accord de principe pour ouvrir des négociations d'adhésion avec l'Islande", a indiqué M. Moratinos, dont le pays occupe la présidence tournante de l'UE, lors d'un point presse.

L'octroi du statut de candidat à l'Islande avait déjà été recommandé fin février par la Commission européenne et attendait depuis un aval des Etats européens.

Bruxelles avait alors estimé que l'Islande était déjà à un stade suffisamment avancé de préparation, dans les domaines politique, économique et législatif pour justifier d'aller de l'avant.

Reykjavik a dit dans le passé espérer entrer dans l'UE à l'horizon 2012. L'Islande, membre de l'espace sans frontières Schengen et de l'Espace économique européen, applique déjà près des trois quarts des lois européennes nécessaires pour une adhésion, ce qui va accélérer le processus par rapport à d'autres pays candidats.

L'île avait déposé en juillet 2009 une demande de candidature à l'UE dans l'espoir de stabiliser son économie malmenée par la crise de 2008, et d'adhérer à la zone euro.

Mais les relations de l'Islande avec l'UE avaient été compliquées par le conflit entre l'Islande d'un côté, et les Pays-Bas et le Royaume-Uni de l'autre, concernant l'indemnisation des clients britanniques et néerlandais d'une banque islandaise, Icesave, qui a été prise en charge par Londres et La Haye.

Britanniques et Néerlandais ont finalement levé leurs réserves pour permettre la décision d'octroyer le statut de candidat à l'Islande, pour laquelle l'unanimité des 27 Etats européens est requise.

La Commission européenne avait également, dans sa recommandation de fin février, relevé des domaines où des progrès seront nécessaires. Elle a notamment fait part de ses "inquiétudes" quant à "l'indépendance effective du pouvoir judiciaire, en particulier en ce qui concerne la procédure de nomination des magistrats", ainsi que des "possibles conflits d'intérêt dans la vie publique islandaise, tels que des liens étroits entre la classe politique et le monde des affaires".

Par ailleurs, de "sérieux efforts" vont être nécessaires en matière d'agriculture et de développement rural, ainsi que d'environnement, avait alors estimé la Commission.

L'interdiction de la chasse à la baleine, que l'Islande souhaite abolir et que l'UE défend devrait compliquer les négociations avec l'UE.

Enfin, l'accès des pêcheurs européens aux zones exclusives de pêche islandaises risque de faire également l'objet d'âpres négociations.
 

Première publication : 15/06/2010

COMMENTAIRE(S)