Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Scène de liesse à Harare après la démission de Robert Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

Afrique

Grève des stadiers : la police sud-africaine assure la sécurité dans quatre stades

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2010

La grève des stadiers dans certains stades accueillant des matchs du Mondial entraîne un changement des dispositifs de sécurité. Alors que plusieurs centaines d'entre eux doivent être remplacés, le gouvernement sud-africain se veut rassurant.

AFP - La police sud-africaine a annoncé mardi avoir pris le contrôle de quatre des dix stades hôtes du Mondial 2010 - au Cap, à Durban, Port-Elisabeth et Johannesburg (Ellis Park) - pour remplacer des agents de sécurité privés en grève.

La sécurité des fans de football est donc assurée, a ajouté le gouvernement.

"La police nationale sud-africaine (SAPS) et le comité local d'organisation (LOC) se sont mis d'accord pour que la SAPS prenne provisoirement le contrôle des opérations de sécurité dans quatre stades", écrit la police dans un communiqué.

"Nous avons activé ces plans d'urgence (...) pour assurer le bon déroulement de la compétition", a ajouté le commissaire national Bheki Cele, cité dans le communiqué.

"Nous sommes sûrs que cela ne va pas porter préjudice au Mondial ni à nos activités classiques de police", a-t-il poursuivi.

"Les supporteurs ne doivent pas s'inquiéter pour leur sécurité parce que la police est prête à intervenir, comme elle l'a fait au Cap, pour remplacer les gardiens privés qui débrayent", a renchéri le porte-parole du gouvernement Themba Maseko lors d'une point-presse à Pretoria.

"La police sud-africaine et les autres agences de sécurité sont prêtes à gérer tout type de situation", a-t-il encore dit.

Des agents de l'entreprise privée Stallion sont entrés en conflit avec leur employeur dimanche pour des revendications salariales.

Environ 400 des portiers de Durban (sud-est) avaient organisé dimanche une manifestation après le match Allemagne-Australie (4-0), qui avait dû être dispersée par la police anti-émeutes.

Quelques heures plus tard, leurs collègues du Cap (sud-ouest) ont débrayé à peine trois heures avant le match Italie-Paraguay (1-1), lundi.

Mardi, des centaines d'entre eux ont fait de même auprès du stade Ellis Park, dans le centre de Johannesburg, avant la rencontre Corée du Nord-Brésil.
 

Première publication : 15/06/2010

COMMENTAIRE(S)