Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

Le gouvernement veut reculer l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans d'ici 2018

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/06/2010

Le gouvernement a présenté ce mercredi son projet de réforme des retraites. L'âge légal devrait passer de 60 à 62 ans d'ici 2018. L'âge de la retraite à taux plein, actuellement à 65 ans, devrait aussi être repoussé de deux ans.

AFP - Le gouvernement veut reculer progressivement l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans d'ici 2018, en l'augmentant chaque année de quatre mois à partir du 1er juillet 2011, selon son projet de réforme présenté mercredi.

Son projet de réforme prévoit un décalage équivalent, de 65 à 67 ans d'ici 2018 de l'âge du taux plein, qui permet à un assuré de partir à la retraite sans décote même s'il ne dispose pas de la durée de cotisation nécessaire.

Le gouvernement souhaite que la durée de cotisation nécessaire pour une pension à taux plein, qui aura atteint 41 ans en 2012, soit portée à 41 ans et trois mois à partir de 2013, ce qui concerne les générations 1953 et 1954.

Cet allongement correspond à une mise en oeuvre d'un principe posé par la réforme Fillon de 2003, qui prévoyait que la durée de cotisation devait évoluer en fonction des gains d'espérance de vie.

"Compte-tenu des estimations actuelles de l'Insee, la durée de cotisations devrait être de 41,5 ans en 2020", indique le gouvernement, suggérant que ce rythme n'était pas gravé dans le marbre.

Le relèvement à 62 ans en 2018 vaut aussi pour tous les fonctionnaires dont l'âge d'ouverture des droits est aussi fixé aujourd'hui de 60 ans.

Toujours dans la Fonction publique, les agents en "catégorie active", disposant de droits à un départ anticipé, verront leur âge de départ anticipé reculer d'autant (à 52 ans lorsqu'ils pouvaient partir à 50 et à 57 ans lorsque l'âge est de 55 ans).

Quant aux régimes spéciaux, ils ne seront pas épargnés, mais le recul s'appliquera avec un décalage dans le temps, à partir de 2017 "pour tenir compte du calendrier de la réforme de 2008.

Première publication : 15/06/2010

  • FRANCE

    Les syndicats se félicitent de la forte mobilisation contre la réforme des retraites

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)