Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

EUROPE

Cameron présente les "excuses" de la nation britannique pour le Bloody Sunday

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/06/2010

Au nom de tout son pays, le Premier ministre a présenté ses excuses pour les évènements du Bloody Sunday au cours duquel 14 manifestants catholiques avaient été tués par l'armée britannique, le 30 janvier 1972, à Londonderry, en Irlande du Nord.

AFP - L'action des soldats britanniques lors du "Bloody Sunday", qui désigne la mort de 14 catholiques le 30 janvier 1972 lors de la répression d'une manifestation à Londonderry (Irlande du Nord), n'était "ni justifiée ni justifiable", a estimé mardi le Premier ministre David Cameron.

"Ce qui s'est passé le jour du Bloody Sunday était non justifié et non justifiable. C'était mal", a déclaré M. Cameron devant la chambre des Communes, chambre basse du Parlement, en annonçant les conclusions de l'enquête publique sur le "Dimanche sanglant".

La responsabilité du drame incombe aux soldats qui "ont perdu le contrôle d'eux-mêmes", a expliqué M. Cameron. Au nom du pays, "je suis profondément, profondément désolé", a déclaré le chef du gouvernement.

Son discours, retransmis en direct à Londonderry, a soulevé des hourras d'enthousiasme dans le millier de personnes regroupées devant l'écran géant diffusant l'adresse du chef du gouvernement.

Première publication : 15/06/2010

COMMENTAIRE(S)