Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Un homme à la hauteur", le nain Dujardin

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : Moqtada al-Sadr, l'agitateur

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi Travail : la bataille s'engage au Parlement (partie 2)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La mode, seconde industrie la plus polluante au monde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Isabelle Kocher, seule dirigeante du CAC 40

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amicalement vôtre"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Lui, candidat"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Hollande est-il un homme de gauche ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Biya en visite au Nigeria

En savoir plus

EUROPE

Cameron présente les "excuses" de la nation britannique pour le Bloody Sunday

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/06/2010

Au nom de tout son pays, le Premier ministre a présenté ses excuses pour les évènements du Bloody Sunday au cours duquel 14 manifestants catholiques avaient été tués par l'armée britannique, le 30 janvier 1972, à Londonderry, en Irlande du Nord.

AFP - L'action des soldats britanniques lors du "Bloody Sunday", qui désigne la mort de 14 catholiques le 30 janvier 1972 lors de la répression d'une manifestation à Londonderry (Irlande du Nord), n'était "ni justifiée ni justifiable", a estimé mardi le Premier ministre David Cameron.

"Ce qui s'est passé le jour du Bloody Sunday était non justifié et non justifiable. C'était mal", a déclaré M. Cameron devant la chambre des Communes, chambre basse du Parlement, en annonçant les conclusions de l'enquête publique sur le "Dimanche sanglant".

La responsabilité du drame incombe aux soldats qui "ont perdu le contrôle d'eux-mêmes", a expliqué M. Cameron. Au nom du pays, "je suis profondément, profondément désolé", a déclaré le chef du gouvernement.

Son discours, retransmis en direct à Londonderry, a soulevé des hourras d'enthousiasme dans le millier de personnes regroupées devant l'écran géant diffusant l'adresse du chef du gouvernement.

Première publication : 15/06/2010

COMMENTAIRE(S)