Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : Kirkouk, laboratoire du vivre ensemble

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Donald Trump : "ceci n'est pas un président"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Moralisation de la vie politique, la boîte de Pandore"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Mathieu Kassovitz, l'enfant terrible du cinéma français

En savoir plus

LE DÉBAT

Moralisation de la vie publique : la réforme est lancée

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise au Venezuela : le pays au bord du chaos?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Venezuela : le pays au bord de la guerre civile ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : "Les Proies", avec Nicole Kidman, sixième long métrage de Sofia Coppola

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le parc paradisiaque de Doñana meurt de soif

En savoir plus

EUROPE

Cameron présente les "excuses" de la nation britannique pour le Bloody Sunday

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/06/2010

Au nom de tout son pays, le Premier ministre a présenté ses excuses pour les évènements du Bloody Sunday au cours duquel 14 manifestants catholiques avaient été tués par l'armée britannique, le 30 janvier 1972, à Londonderry, en Irlande du Nord.

AFP - L'action des soldats britanniques lors du "Bloody Sunday", qui désigne la mort de 14 catholiques le 30 janvier 1972 lors de la répression d'une manifestation à Londonderry (Irlande du Nord), n'était "ni justifiée ni justifiable", a estimé mardi le Premier ministre David Cameron.

"Ce qui s'est passé le jour du Bloody Sunday était non justifié et non justifiable. C'était mal", a déclaré M. Cameron devant la chambre des Communes, chambre basse du Parlement, en annonçant les conclusions de l'enquête publique sur le "Dimanche sanglant".

La responsabilité du drame incombe aux soldats qui "ont perdu le contrôle d'eux-mêmes", a expliqué M. Cameron. Au nom du pays, "je suis profondément, profondément désolé", a déclaré le chef du gouvernement.

Son discours, retransmis en direct à Londonderry, a soulevé des hourras d'enthousiasme dans le millier de personnes regroupées devant l'écran géant diffusant l'adresse du chef du gouvernement.

Première publication : 15/06/2010

COMMENTAIRE(S)