Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Amériques

Les concurrents de BP accablent la compagnie britannique devant le Congrès

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2010

Auditionnés au Congrès, des concurrents de BP ont aggravé le cas de la compagnie pétrolière britannique, assurant que la catastrophe aurait pu être évitée si elle avait respecté certaines procédures de sécurité.

AFP - Les concurrents de BP, qui exploitait la plateforme dont le naufrage a provoqué la marée noire dans le golfe du Mexique, ont clamé mardi lors d'une audition au Congrès américain que la catastrophe aurait pu être évitée si le pétrolier avait suivi les procédures de sécurité.

"Je suis convaincu que l'enquête indépendante montrera que cette tragédie était évitable", a ainsi plaidé John Watson, patron du groupe pétrolier Chevron devant les membres de la commission de l'Energie et du Commerce de la Chambre des représentants .

L'explosion puis le naufrage de la plateforme Deepwater Horizon fin avril "montrent une nouvelle fois que toutes les compagnies (pétrolières) doivent travailler en suivant les mêmes règles strictes de sécurité et de fiabilité. Il est évident que (ne pas suivre ces règles) a de lourdes conséquences", a poursuivi M. Watson.

Outre le patron de Chevron étaient présents ses homologues d'ExxonMobil, ConocoPhilips, Shell et le chef de BP Amérique Lamar McKay.

"Il est impératif qu'une enquête d'experts, impartiale et complète ait lieu, car cet incident représente une grave entorse aux normes en vigueur en matière de forage en mer", a insisté le patron d'ExxonMobil Rex Tillerson.

Les membres de la commission tentent d'établir les raisons qui ont mené à la catastrophe qui a tué 11 personnes et provoqué la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis.

Mais, selon les parlementaires, le groupe britannique BP n'est pas le seul à avoir manqué à ses obligations. Selon eux, les plans d'urgence concoctés par d'autres compagnies pétrolières sont obsolètes jusqu'au ridicule.

Ainsi, "à l'image de BP, trois autres compagnies pétrolières disent vouloir protéger les morses (dans leurs plans d'urgence). Mais cela fait trois millions d'années qu'il n'y a plus de morses dans le golfe du Mexique", s'est exclamé le représentant Ed Markey.

De son côté, le patron de BP Amérique a tenté de rassurer les élus. "Je voudrais mettre les choses au clair: BP ne connaîtra pas de repos tant que le puits ne sera pas sous contrôle et que nous n'aurons pas compris ce qui s'est passé", a dit Lamar McKay.

Par ailleurs, le directeur général d'ExxonMobil a reconnu que les groupes pétroliers étaient sous-équipés pour faire face à des catastrophes comme celle de la marée noire dans le golfe du Mexique.

"Lorsque ces choses arrivent, nous ne sommes pas bien préparés pour y faire face", a reconnu Rex Tillerson. "C'est pourquoi il faut toujours s'attacher à empêcher que ces choses arrivent, parce que lorsqu'elles arrivent nous ne sommes pas bien équipés pour les traiter", a-t-il dit.

Répondant aux critiques des parlementaires sur les plans d'urgence des compagnies pétrolières, M. Tillerson a aussi estimé qu'il "n'y a pas de capacités de réponse" pouvant garantir que du pétrole n'atteigne pas les côtes du golfe du Mexique dans le cas d'une catastrophe comme celle engendrée par le naufrage de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon aux larges des côtes de la Louisiane.

Première publication : 15/06/2010

  • INDUSTRIE PÉTROLIÈRE

    L'agence de notation Fitch abaisse la note de BP

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama compare la marée noire à un 11-Septembre écologique

    En savoir plus

  • MARÉE NOIRE

    Obama déterminé à faire pression sur BP

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)