Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

Asie - pacifique

La communauté internationale s'inquiète de la situation humanitaire

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 15/06/2010

L'ONU a condamné les violences interethniques au Kirghizstan et appelé à un retour à l'état de droit ainsi qu'à une résolution pacifique du conflit. En quatre jours, quelque 125 000 personnes ont fui vers l'Ouzbékistan.

"Les violences se sont calmées, la tension reste vive"

Devant l’aggravation de la situation au Kirghizstan, la communauté internationale a commencé à réagir mardi. L’ONU a condamné les violences et souligné la "nécessité de soutenir de manière urgente la distribution d’aide humanitaire". Un appel repris aussi bien par l’Union européenne que par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Sur place, ils sont près de 125 000 à vouloir franchir les frontières du Kirghizstan depuis lundi. Essentiellement des Ouzbeks tentant de fuir les violences interethniques qui secouent le pays depuis le 10 juin. Selon la Croix-Rouge environ 80 000 d’entre eux auraient réussi à se réfugier en Ouzbékistan, tandis que les autorités locales avancent le chiffre de 100 000. Mais cet exode risque d’être compliqué par le fait, confirmé sur place par le correspondant de RFI pour France 24 à Och Regis Genté, que le Kirghizstan a décidé de fermer ses frontières.

Fosses communes

Dans les deux principales villes touchées du pays, Och et Jalalabad, les violences se sont poursuivies durant la journée de lundi. Le ministère kirghiz de la Santé a confirmé, mardi, que le nombre de victimes avait grimpé, passant de 138 à 170 morts. En outre, 1 700 personnes auraient  été blessées.

"Le bilan risque d’être plus lourd qu’annoncé", prévient mardi Regis Genté. Des témoignages sur place font état de fosses communes et des corps sans vie joncheraient les rues d’Och. La nuit de lundi à mardi a été marquée par un calme précaire. "On sent que la violence peut reprendre à tout moment, des soldats en armes sont omniprésents dans les rues d’Och et de Jalalabad", raconte Regis Genté. 

Pour mettre un terme aux violences certains en appellent à la Russie voisine.  "Actuellement, la seule solution pour un retour au calme serait d’envoyer des troupes russes sur place", affirme à France 24 Andrea Berg, responsable Asie de l’ONG humanitaire Human Right Watch. Le président russe, Dmitri Medvedev a qualifié, lundi, la situation d’ "intolérable" et s’est dit prêt à "tout faire pour mettre un terme à la situation".

Les violences interethniques, qui ciblent la minorité ouzbèke – près de 20 % de la population – se doublent d’un affrontement politique. Le gouvernement provisoire accuse le président déchu, Kourmanbek Bakiev, d’alimenter les violences depuis son exil en Bélarus. Ce dernier a nié, lundi, y être pour quoi que ce soit dans cet engrenage meurtrier et a appelé à un retour au calme, taclant au passage le pouvoir en place "incapable de ramener le calme".

Florian Westphal, porte-parole du CICR

 

 

Première publication : 15/06/2010

  • SUR LES OBSERVATEURS

    L’armée "n’a pas défendu les Ouzbeks des pillards kirghiz"

    En savoir plus

  • KIRGHIZSTAN

    Les violences s'intensifient, les autorités appellent Moscou à l'aide

    En savoir plus

  • KIRGHIZSTAN

    L'état d'urgence décrété à la suite d'affrontements meurtriers à Och

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)